Sistoeurs

Accueil du site > Alphabet > Je m’appelle Y

Je m’appelle Y

jeudi 5 novembre 2015, par Séverine Capeille


Be Yourself. Voilà ma devise ! Je suis une lettre affranchie. Libre et originale, j’aime me payer les yeux de la tête de n’importe qu’elle syllabe. Semi-voyelle ou voyelle. Au choix. Je fais ce que je veux. Et qu’on ne vienne pas me coiffer de je ne sais quel accent, je ne le supporterais pas. Peut-être, à la limite, un tréma… et encore. Je préfère être naturelle. Je n’ai pas besoin de fanfreluches ou d’artifices, parce que je le vaux bien. Dix points sur un plateau de scrabble, et une ordonnée qui tend vers l’infini. Autant vous dire que je suis au-dessus des convenances et des comédies. Je n’ai jamais pu me faire à l’idée de prendre un chemin tout tracé. Il y a toujours un moment où j’hésite dans mon parcours, où je suis partagée entre deux possibilités. Dans ma dualité, je n’écarte aucune route de traverse. J’aime suivre mes intuitions. Savez-vous d’ailleurs que les sourciers se fient à moi ? Sous forme de baguette en bois, je leur indique la présence d’eau en sous-sol. Il faut voir leurs visages s’illuminer quand je me mets à vibrer ! Ceci dit, je dois bien avouer que le métier se raréfie. La faute à la modernité. Ce que les avancées scientifiques peuvent m’agacer… Sauf en génétique. Je suis devenue incontournable depuis que les chercheurs ont inventé un système de détermination sexuelle. Bon, ils m’ont flanquée d’une consonne complètement dépressive, mais ça n’entame pas ma joie de vivre. Disons que, lui et moi, on se complète. Un peu comme le Yin et le Yang.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.