Sistoeurs

Accueil du site > Alphabet > Je m’appelle G

Je m’appelle G

mercredi 30 décembre 2015, par Séverine Capeille


Il a dit « sol », c’est ça ? Excusez-moi, je passais par là. Est-ce que j’ai bien entendU ? Parce que si c’est le cas, je me sens concerné. Figurez-vous que c’est moi la clef. De sol. Oui, c’est moi. Je suis celui qui peut se vanter d’être à l’origine… Pardon ? Il ne parlait pas de musique ? Ah. C’est regrettable. Il n’y a pourtant rien de plus beau. Et je suis bien placé pour en parler : je suis au début de la portée. C’est arrivé un peu par hasard, à cause des copistes qui m’ont transformé et placé là, tout emberlificoté dans mes habits du dimanche. Au début, je n’en menais pas large devant cette ribambelle de notes qui me dévisageaient. Certaines me regardaient de haut, m’impressionnant au point d’avoir envie de retourner à mon alphabet. Et puis, Si a souri la première. Ensuite, Mi a fait une blague pour détendre l’atmosphère. Et a mis une tape dans le Do, ce qui a beaucoup amusé La. Alors, elles se sont toutes mises à jouer. Et moi, à cet instant, j’ai su que je ne pourrai plus jamais partir. Plus jamais, vous entendez ? C’était la première fois que je me sentais aussi léger, libre, puissant… Chaque frisson qui parcourait mon corps me rendait plus vivant. C’est là que j’ai pris la mesure, oh oui, toute la mesure de ma très grande responsabilité. Je n’étais plus simplement cette consonne singulière, innovation romaine datant du IIIème siècle avant notre ère, j’étais une clef.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.