Sistoeurs

Accueil du site > Poésie > Le complément d’abject

Le complément d’abject

vendredi 16 septembre 2016, par Marlène T.


Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le corps à terre et la tête en orbite
Communication coupée
Apesanteur
Voyage dans la galaxie d’une éternité provisoire
La nacre des questions jamais posées
Hors de portée de l’injonction à l’obsession

Ne pas accorder le complément d’abject avec la peur
Le business de l’amour ne fait plus recette
La haine se vend par paquet de douze, comme les rouleaux de pq

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le risque d’intempérie qui torpille les torpeurs
La chute est fragile mais les reins sont solides
J’avoue, j’ai tué
Eventré le sens de la réalité
Etranglé mes sentiments
Décapité mes lâchetés

La socio-logistique, hangars pleins, regards vides
Gestion maladroite des stocks d’options
Il n’y a pas que vu du ciel que l’Homme est minuscule

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.