Sistoeurs

Accueil du site > Poésie > Aux portes de la France

Aux portes de la France

mardi 10 février 2015, par Sandrine Rotil-Tiefenbach


L’enfant devra s’enfuir avant l’aveugle, le
barbare tribunal,
en plein cœur de la rue parmi larmes et dédales
sa bouche nue déjà
en sang
de la langue seule qu’il a
connue
et des enfants de son école
de sa mémoire les
farandoles

on lui a dit ces temps actuels
avec ta mère file au grand loin,
cette terre promise dont tu n’as
jamais humé le moindre ciel,
ici s’en viennent des flambeurs,
des voleurs d’âmes, des assassins

j’ai faim répondait-il

comment dessine-t-on un pays

sans visage ?

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.