Sistoeurs

Accueil du site > Vaginale Story > Sex in the Souci !

Sex in the Souci !

mardi 10 décembre 2002, par Séverine Capeille

"Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile, être une femme libérée, tu sais, c’est pas si facile » chantait Cooky Dingler dans les années 80. Ah les années 80 ! C’était l’âge d’or du féminin, de la « femme jusqu’au bout des seins ». Du Julio au Julien, c’était des « femmes je vous aime » dans tous les refrains. On se laissait bercer, adulées, enchantées. Li-bé-rées ! On goûtait sans scrupules aux fruits du « combat » dont nos mères nous avaient tant parlé. Seulement voilà, les temps ont changé, et allez savoir si c’est la faute de cette génération pseudo « désenchantée ».

Ce qui apparaissait pour le gentil Cooky comme une amusante (mais non moins périlleuse) façon d’assumer sa sexualité est devenue pour nous d’une insolente banalité. Celles et ceux qui avouent encore un certain attrait pour la fidélité font figure d’irréductibles Gaulois qu’une potion magique aurait épargné. Le sexe n’est plus tabou, loin s’en faut, et il n’a même plus grand chose à voir avec l’amour. Certes, il fait toujours partie intégrante de l’amour, mais il n’en dépend plus. Il s’est émancipé lui aussi. Oui, les temps ont changé, et si la pauvre Mireille osait encore chanter qu’elle est « une femme amoureuse », soyez bien sûr que personne ne la prendrait plus en pitié. Qui cela pourrait-il bien intéresser ? Mais qu’un Houellebecq ne puisse pas baiser… Enfin bref, rien ne sert d’en parler.

Revenons plutôt à Mireille, qui, manque de bol, brûle d’envie de dresser autour du mec « les murs de [sa] vie ». Règle numéro un, ne pas l’avouer. Il faut ménager les susceptibilités. N’importe quel magazine féminin vous dirait que c’est la meilleure façon de briser dans l’œuf une relation. Mireille ne lit pas les journaux féminins, c’est maintenant prouvé. Imaginons que malgré tout le gars, dans un moment d’égarement ou de faiblesse, se laisse embobiner. Imaginons même, Oh folie, qu’il lui accorde le « droit de [l’] aimer ». Une question semble alors s’imposer : que répondra-t-il quand elle prétendra à grands cris « vouloir [le] garder » ?

Mireille ne fera pas cette erreur. Aidée par une amie abonnée à Biba depuis de nombreuses années, elle ne tombera pas dans cet écueil et fermera les yeux sur quelques infidélités, s’octroyant du coup le droit de ne pas se gêner non plus de son côté. Car de la libération à la consommation, pas même le refrain d’une chanson. Arsenik peut-être avec ce titre éloquent « Sexe, pouvoir et biftons »… Mais rien de vraiment précis pour pouvoir prendre position. L’émancipation a fait place à la collaboration, l’euphorie générale à une résignation sans nom. Et personne ne s’offusque d’entendre le jeune Matt réclamer à sa « baby » des « donne-moi du sexe » avec aplomb. Et tout le monde fredonne avec Saïan Supa Crew le refrain « Angela mwen ké fend’ tchou aw pendan papaw pa la, Angela » (« Angela je vais te trouer le cul pendant que ton papa ne sera pas là, Angela) : un vrai carton. Depuis les années 80, presque rien, juste une génération…

Nous sommes bien loin de « la femme libérée » et des couplets élogieux quant à la féminité. A quand le nouveau Cooky vantant les mérites de « la femme consommée » ? Notre gentille Mireille n’a qu’à bien s’accrocher. Et si elle se sent décalée, elle pourra voir un sexologue pour en parler. Mais surtout qu’elle n’aille pas s’épancher dans des sentiments compliqués. Qu’elle ne tente pas un « Parlez-moi d’amour, redites-moi des choses tendres » qui paraîtrait déplacé.

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • > Sex in the Souci !

    15 juillet 2004 15:13, par chris
    Terrible désillusion d’un monde soumis ! La dictature du petit écran et ces hordes de femme plastique semble être plus forte que la juste vision d’une societé décalée. Un décalage entre ce que les gens voudraient être et ce qu’ils sont vraiment, entre les gaziéres et les romantiques. L’amour ne semble pas une valeur perdu, exepter pour le saian, mais écoutons plutôt les textes d’iam, que je conseille.

    Répondre à ce message

  • ET alors 6 ans plus tard ?? ou en est Mireille ??

    13 octobre 2008 23:12, par kriss
    je relis avec délectation ces "vieux articles" :2002 !!! et je constate avec effroi que rien à changer depuis, c’est pour beaucoup d’entre nous toujours le même désarroi fâce au plus beau sentiment qu il est donné de ressentir : l’amour ! on est dans de beaux draps !!! en vue des heures que je passe à discuter avec des femmes deçues, tompées et désabusées... Et les hommes aussi vont mal... bon allez ne nous décourageons pas !

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.