Sistoeurs

Accueil du site > Ici et Ailleurs > L’homme qui voulait partir !

L’homme qui voulait partir !

jeudi 26 avril 2007, par Aïssatou Diamanka-Besland


Ici les gens ont des rêves
Ailleurs ils ont des idées

Le clandestin s’empressa de donner ses un million de francs au passeur
C’est le prix pour traverser l’Océan
C’est le prix pour mourir dans les eaux glacées
Il veut un autre lendemain
Fuir la pauvreté
Fuir sa vie
Sauver sa peau dans ce pays de misère

Ici les gens ont des croyances
Ailleurs ils ont des prières

Le pont de Ceuta lui promet le bonheur qu’il ne vivra peut être jamais
Son esprit est trempé d’ailleurs mais la traversée du désert est à l’infini
Il l’ignore car les rêves sont pleins dans sa tête
Il veut croire à autre chose,
A cet ailleurs si lointain
A cet ailleurs mangeuse de projets

Ici les gens ont de l’espoir
Ailleurs ils ont des doutes

L’eldorado est bien loin et étendu comme le Sahara
L’horizon est fou, flou
Les rêves y sont immobiles
Les cœurs y valsent
Les vagues l’emprisonnent

Ici les gens ont des rêves
Ailleurs ils ont des idées

Répondre à cet article

1 Message

  • C’est une vérité que personne ne peux cacher, pour ces centaines de milliers d’africains et autres qui ne veulent qu’une seule chose, c’est de "Vivre normalement".

    Dans tous ces pays, un changement radical est nécéssaire, pour ésperer une vie meilleure, hors que, ce n’est un secret pour personne, que les changements de ce genre prennent du temps, et nécéssitent un sacrifice de plusieurs générations.

    Donc, comme c’est bien dit dans l’article, que ces gens ont des idées, oui exact, ils ont leurs idées, plus précisement l’idée avec laquelle leurs pays peuvent redevenir des pays de democratie de paix et d’égalité, ils ont très bien compris qu’un sacrifice est nécéssaire, et comme l’envie de vivre est légitime, ils refusent de se sacrifier et décident de s’exiler, et sont prêt à payer des fortunes pour échapper au destin qui les attend si jamais ils resteront dans leurs pays.

    Tout cela est dû aux différents régimes des pays africains et autres, conservateurs d’une seule politique, qui est celle de la répréssion, de détournement de fond public, et de corruption, ces gens là ne veulent en aucun cas laisser le pouvoir, et renoncer aux fortunes qui ne leurs appartiennent pas.

    C’est pour cela, que je dirais que c’est très bien de parler de "L’homme qui voulais partir" mais aussi c’est important de signaler "Ces hommes qui ne veulent pas partir" et laisser les gens correctes et honnêtes diriger leurs pays.

    Merci

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.