Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > Interview : LMK présente "Musical Garden"

Interview : LMK présente "Musical Garden"

jeudi 8 octobre 2015, par Séverine Capeille

Il y a quelques mois, LMK nous avait déjà offert une belle interview lors de son concert au CCO (à relire ICI) et il était donc tout naturel que nous allions à sa rencontre à l’occasion de la sortie de son album « Musical Garden » (label Soulbeats Records). C’est à la Marquise (le 1er octobre 2015) que nous avons pu lui poser quelques questions, juste avant son entrée en scène…

****

Nous sommes à quelques minutes de ton rendez-vous avec le public alors merci de nous accorder ce précieux temps. Lors de notre précédente interview, tu avais évoqué la sortie d’un prochain album et le voilà enfin ! Combien de temps t’a-t-il finalement fallu pour le finaliser ?

Un an. Ça m’a pris une année complète.

Avec qui as-tu collaboré ?

J’ai collaboré avec Dubmatix, qui est d’ailleurs présent ce soir ; avec l’Entourloop, Fogata, Troy Berkley, Little lion, Davojah, Supa Sound, Tagguy Matcher…

De belles collaborations ! Ça me fait penser à l’hymne du festival reggae Sunska auquel tu as participé l’été dernier : est-ce que cette expérience t’a permis de booster ta carrière et de rencontrer des gens avec lesquels tu as désormais envie de travailler ?

C’est vrai que ça a été un tremplin. Disons que mon passage au Sunska en 2014 m’avait déjà bien aidée, et que chanter ensuite l’emblème du festival en 2015 m’a donné encore plus de visibilité.

Ce sont eux qui sont venus te chercher pour ce projet ?

Oui. Nous nous étions rencontrés sur le festival en 2014 et avions déjà commencé à collaborer, et puis ils ont proposé ce riddim. Mon album était terminé quand j’ai participé à cet hymne. Du coup, les personnes rencontrées lors de ce projet seront peut-être présentes dans mes prochains albums… On verra !

« Musical Garden » est ton premier album. Comment vis-tu sa sortie dans les bacs ?

Un premier album, c’est un peu « émouvant » !

Il y a douze titres sur l’album.

1. All I Want to Do (Riddim by L’Entourloop)
2. Best of What You Got (Riddim by Fogata) [feat. Troy Berkley]
3. Realise It (Riddim by Fogata)
4. Cry Me a River (Riddim by Fogata)
5. So Bad (Riddim by Dubmatix)
6. Love Is the Key (Riddim by Supa Sound)
7. I Say No (Riddim by Tagguy Matcher)
8. Music Is My Life (Riddim by Little Lion) [feat. Davojah]
9. Dancehall Drama (Riddim by Salaryman D&B)
10. Love Is the Key (Acoustic Version)
11. Listen (Acoustic Version)
12. Cry Me a River (Acoustic Version)

Qu’est-ce qui a guidé tes choix quant à enchaînement des chansons ? C’est plutôt la musique ou les paroles ?

C’est plutôt la musique, mais finalement je me suis rendu compte que ça avait aussi un lien avec les paroles. C’est l’ordre qui me semblait le plus cohérent pour que l’auditeur puisse voyager dans des vibes et des ambiances différentes.

Tu développes plusieurs styles dans cet album. Tu peux nous en dire plus à ce sujet ?

Je ne réfléchis pas trop avant de faire les sons. Je ne me dis pas « j’ai envie de faire un son plutôt comme ci ou comme ça… ». Je marche au coup de cœur. On m’envoie des prod. et elles me donnent envie ou non de chanter. Mais par rapport à l’Ep qui était déjà sorti, je voulais un album plus reggae. Finalement, il a des sonorités très diverses, ce qui m’a appris que j’ai du mal à me limiter exclusivement à un style !

Quel est le thème que tu as voulu mettre en avant ?

L’envie de réussir. Et quand je dis « l’envie », je dis… la dalle, la hargne, tout péter… ! J’ai envie de mettre en avant l’idée selon laquelle on doit aller au bout de ses rêves, au bout de ce qu’on veut faire dans la vie. Il faut se dépasser tout le temps. Ce n’est pas une compétition avec les autres mais avec soi-même.

(Ici, nous sommes interrompues par un petit groupe qui a reconnu LMK et lui dit tout le bien qu’il pense d’elle.)

C’est nouveau pour toi ce genre de situation. Cette notoriété grandissante te fait-elle peur ? Tu aimes signer les autographes ?

J’en ai signé beaucoup au Sunska cette année mais personne ne me reconnait encore dans la rue ! Quand je fais mes courses, je suis tranquille : personne ne me demande d’autographe ! Être reconnue dans la rue signifierait que mon travail est reconnu, mais j’imagine que la célébrité doit être dure à supporter à un certain niveau.

Avec la célébrité, il est d’autant plus nécessaire de préserver son intimité et sa vie privée. A ce propos, tes amis font-ils exclusivement partie du « milieu » ou as-tu su garder quelques amis d’enfance ?

Mes vrais amis sont ces gens-là, qui font partie de ma vie depuis des années et des années, qui me suivent et me soutiennent depuis le départ, quand je n’avais encore aucun succès.

C’est l’occasion de les remercier ici, si tu le souhaites.

Oui. J’ai d’ailleurs mis un message à leur intention dans la pochette de l’album. Je veux remercier ma famille, qui est très proche de moi et m’a toujours soutenue, et remercier ma meilleure pote, que je connais depuis l’âge de trois ans. Quand je ne vais pas bien et que j’ai besoin d’une épaule sur laquelle pleurer, je n’appelle pas mes potes de soirées, mais ces gens-là : ma mère, mon père, mes potes d’enfance, mes frères…

La famille est une valeur fréquemment mise en avant dans le reggae…

Oui, en même temps, tu connais aussi bien que moi les dessous du reggae ! Famille, famille… on est tous frères et sœurs… c’est vite dit !

Oui, c’est un bien grand mot la « famille » ! Disons que dans le discours officiel…

Oui je vois ce que tu veux dire ! Ceci dit, ce n’est pas « pour » le discours officiel du reggae que je fais du reggae ! Je fais du reggae tout simplement pour la musique, pour ce qu’elle envoie au niveau sonore.

De toute façon, on peut difficilement être « contre » les valeurs qui sont véhiculées par cette musique : être contre la famille ? Contre la paix ? Ça n’a pas de sens.

Exactement. Ce sont des valeurs qui nous tiennent tous à cœur. Mais aujourd’hui, à l’heure à laquelle nous parlons, je le dis bien fort, ces valeurs véhiculées par le reggae ne sont pas du tout respectées. Je pense d’ailleurs que c’est l’un des milieux où elles sont le moins respectées. Dans les dessous du reggae business, il n’y carrément pas de valeur !

Qu’aimerais-tu dire à nos lecteurs ?

Si vous voulez quelque chose de frais, achetez mon album ! Je ne parle pas forcément de sujets lourds, c’est un album solaire qui peut plaire à un très large public.

Pour télécharger l’album, cliquez ici

Concerts

09/10 - La Casa Musicale - Perpignan (66)
16/10 - Vibrations Urbaines - Pessac (33)
17/10 - L’Avant Scène - Aubusson (23)
31/10 - Raggaloween à l’Espace Guy Guyaunaud - St Estephe (33) 07/11 - Les Fous d’en Face - Liège (Belgium)
14/11 - La Péniche Cancale - Dijon (21)
26/11 - New Morning - Paris (75)
27/11 - Face Dub - St Etienne (42)
28/11 - Le Palun - Buis les Baronniers (26)

Page Facebook LMK

Chaîne Youtube LMK

www.shopsoulbeats.fr

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.