Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > Ruffi-Ann en interview

Ruffi-Ann en interview

mercredi 1er avril 2015, par Lisa Poyel

A l’occasion de la sortie de son album « Save the Juvenile », Ruffi-Ann se dévoile sur Sistoeurs.

Tu as plus de 25 ans de carrière derrière toi et on te connait plutôt sous ton ancien nom de scène : Lady Shabba. Ton vrai nom est Sharon Peterkin. Pourquoi avoir choisi le nom de Ruffi Ann pour ce premier album appelé « Save the Juvenile ». D’où vient ce pseudo ? / You have been on the road since more than 25 years. You have change several times your stage name. Do you have a problem with your name ? Are you Ruffi Ann now ? ?

Yes I am Ruffi- ann, I decided to change my name because I wanted a name that would reflect my personality and the conscious and positive lyrics which I have imparted to the world.

Oui mon nom est Ruffi-ann, j’ai décidé de le changer pour qu’il reflète au mieux ma personnalité et le message positif de prise de conscience que je transmets au monde.

Tu étais reconnue dans un style dancehall assez violent et cet album est plutôt orienté Nu-Roots. Dans quelle mesure le fait de devenir maman a-t-il modifié tes choix artistiques ? / You’ve change from violent dancehall style to New- Roots . Does the fact to become a mother have changed your perception of music ?

I needed to turn a page and sing conscious reggae music, in that I recognized that we are living in perilous times and through music I could help to uplift the people and highlight the struggles that we all face, here in Jamaica and all over the world.

J’avais besoin de tourner une page et de chanter un reggae qui réveille la conscience des gens. Nous vivons des temps difficiles et je voulais à travers la musique élever les gens et mettre en lumière les combats que rencontrent les gens en Jamaïque et dans le monde.

Quel regard portes-tu sur le milieu dancehall aujourd’hui ? / What do you think about dancehall today ?

I believe that dancehall music today is still one of the best music in the world. However, it is evident that the beat has gotten faster but it is still a nice genre that you can enjoy.

Je crois que la musique dancehall est toujours l’un des meilleurs styles de musique. Cependant, il est évident que le beat s’est accentué, mais c’est toujours un genre de musique que l’on peut apprécier.

Parle-nous de ton engagement contre les inégalités sociales. Quels sont, à tes yeux, les combats les plus importants à mener ? / Tell us about your commitment into fighting social inequalities. According to you what are the most important battles to fight ?

I strongly believe that there is a gender disparity whereby it is easier for men to gain recognition in the music industry. It is time for women to be treated equally as their counterparts. Women have proven that we can do just as well as the male in the industry and even better. Therefore, I would love for us to get the recognition by the industry which we duly deserve. The most important battles to fight is to continue fighting for gender equality in the music industry.

Je crois vraiment qu’il y a une disparité entre les hommes et les femmes : c’est plus facile pour les hommes de se faire une place dans l’industrie musicale. Il est temps que les femmes soient traitées sur le même pied d’égalité que les hommes. Les femmes ont montré dans le passé qu’elles faisaient aussi bien que les hommes, sinon mieux. J’aimerais vraiment que les femmes gagnent enfin la reconnaissance de l’industrie musicale. La bataille la plus importante que nous ayons à mener est l’égalité des sexes dans l’industrie musicale.

Max Roméo a coproduit le titre « Save the Juvenile » et Dean Fraser est le producteur de ton album. Dans « Baddest », tu nous offres un featuring avec Bunny Wailer. Tu es accompagnée par de véritables légendes ! Quelle est l’histoire de ces belles collaborations ? As-tu des anecdotes à nous raconter ? / Max Romeo, Dean Fraser, Bunny Wailer. Three true legend. Can you tell us more about these collaborations ?

Max Romeo, Dean Fraser and Bunny Wailer are considered as three of the greatest men of this time. I had known Max Romeo as a Jamaican musical icon who I had met at a stage show in Greenich Farm in Kingston. He then invited me to his studio where he discovered that we had a musical chemistry which led him to produce my first song recorded for the album, ‘Save the Juvenile’.
Dean Fraser can be considered as a perfectionist, who stands out as one of the best producer’s that can be found the music industry today.
Bunny Wailer is one of my producers. I have known this legendary artiste for over twenty years and we have a done a collaboration together which produced the track ‘ Baddest’. I deeply respect him and truly appreciate how he has always been encouraging me to stay focused and continue to persevere.

Max Romero, Dean Fraser et Bunny Wailer sont considérés comme trois des plus grands au monde. J’ai rencontré l’icône jamaïquaine Max Romeo à un concert à Greenwich Farm à Kesington. Il m’a ensuite invité dans son studio. Quand il a découvert l’alchimie musicale entre nous, il a décidé de produire la première chanson enregistrée pour cet album "Save the Juvenile".
Dan Fraser peut être considéré comme un perfectionniste et un des meilleurs producteurs dans l’industrie musicale aujourd’hui.
Bunny Waler est l’un de mes producteurs. Je connais cet artiste légendaire depuis plus de vingt ans et nous avons collaboré pour des morceaux tels que Baddest. J’ai un grand respect pour cet homme et sa façon de rester concentré et de persévérer. Il m’a toujours encouragée.

La nouvelle génération de chanteurs est également bien représentée : on apprécie les jeunes et talentueux Tarrus Riley et Duane Stephenson en featuring dans « Good friends ». Mais comment se fait-il qu’il n’y ait aucune collaboration avec des femmes ? C’est un hasard ou un choix délibéré ? / You’ve done many collaborations with men……Tarrus Riley and Duane Stephenson….but none with women…. Is it a coïncidence or a a deliberate choice ?

No, it’s not a deliberate choice, I am an advocate for women gaining more recognition in the industry. I believe it is simply timing in being able to do more collaborations with female artistes. In the future there will be more collaborations with other powerful women like myself in the music industry.

Non, ce n’est pas un choix délibéré. Je suis pour que les femmes gagnent plus de reconnaissance dans le milieu musical. Je crois que le fait de collaborer avec des artistes féminines était juste une question de temps. Il y aura plus de collaborations dans le futur avec des femmes puissantes dans le milieu musical comme moi.

Quels conseils pourrais-tu donner aux filles qui se lancent dans le métier ? / Would you give an advice to the girls who are getting into the music industry ?

My advice to young girls who are getting into the music industry is to stay focus, fight for what you want and believe in what you are fighting for and always believe in yourself.

Mon conseil pour les filles qui se lancent dans la musique est de rester concentrées sur ce qu’elles veulent faire, se battre pour ce qu’elles veulent et toujours croire en soi.

As-tu une phrase / citation que tu te répètes fréquemment ? / Do you have a saying you keep on repeating yourself ?

Hard work and perseverance that’s the key to success.

Le travail et la persévérance sont les clefs du succès.

Quels sont tes projets ? / What are going to do next ?

I am planning to do a lot of marketing and promotional activities for my album “Save the Juvenile”

Je prévois de faire beaucoup de promo pour mon album Save the Juvenile.

Tracklist :
01 – Save The Juvenile
02 – Careless Driving
03 – Hot Skull
04 – Baddest Feat Bunny Wailer (exclu)
05 – Mama Precious
06 - Concern
07 - Abuse
08 – Am Working
09 – Good Friends Feat Tarrus Riley & Duane Stephenson
10 - Prevention
11 – Give It To Mi
12 – World Needs Love
13 – Bring Back The Love
14 – Love You Like Me
15 – Nuh Bad Like Mi
16 – Weed Song
17 – Poor Caan Tek Nuh More

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.