Sistoeurs

Accueil du site > Music > BASSEKOU KOUYATE, Le Lion du NGONI (MALI)

BASSEKOU KOUYATE, Le Lion du NGONI (MALI)

dimanche 17 février 2013, par Dominique Dupuy

Mon hommage au Mali et à l’Afrique de l’Ouest.

Le Mali est une terre de musique, pas une terre de guerre et d’islamisme. Ce soir, je ne parle pas guerre de religion, d’intégrisme, de guerre et de colonialisme, je parle le langage universel de la musique.


Voici un article sur un grand, immense artiste malien, BASSEKOU KOUYATE. C’est un musicien qui joue du Ngoni (instrument à cordes traditionnel malien), l’ancêtre du banjo, pourrait-on dire.

Il mélange les genres, modernise le jeu et partage des styles du monde entier (Le blues des états du sud des USA, la musique cubaine).

« D’abord il y a eu la musique tribale africaine qui a évolué vers les chants des esclaves pour devenir du blues qui lui-même à donné naissance au funk. Bassekou et son groupe raconte tout le long voyage dans un seul chapitre. Le mélange le plus extraordinaire composé d’ingrédients musicaux les plus fins donne un résultat musical qui réchauffe le coeur et fait bouger le corps. Faites moi confiance, c’est du bon ! » (Fatboy Slim, Mali 2006)

« L’album Segu Blue est un MUST pour quiconque recherche de nouvelles aventures musicales » (Dee Dee Bridgewater)

« … Un génie, la preuve vivante que le blues vient de la région de Segu* » (Taj Mahal) *ville d’origine de Kouyaté

MALI, TERRE DE MUSIQUE


Bassekou Kouyate & Ngoni Ba - Jama Ko par OrlyRoots

Bassekou Kouyate ensorcelle au son du Ngoni, instrument traditionnel du Mali. L’origine de cet ancêtre du banjo se perd dans la nuit des temps, avant Jésus-Christ dit-on.

Bassekou Kouyate est un génie doté d’une virtuosité extraordinaire. Un artiste entièrement dévoué à la musique malienne et au Ngoni.

Originaire du Mali et descendant d’un lignée de Griots (musiciens traditionnels d’Afrique de l’Ouest), son père était déjà un des plus grands musiciens de Ngoni. Bassekou reprend le flambeau de la tradition. « Mon père et mon grand-père jouaient du Ngoni assis, j’ai voulu jouer debout et créer un groupe de musiciens de Ngoni pour profiter de cet instrument, s’amuser, jouer, chanter et passer une tradition ».

Il crée son groupe, Ngoni Ba, avec son épouse, la chanteuse Amy Sacko et son fils qui joue du Ngoni également.

La tradition en marche ou encore, la diaspora musicale malienne

Mais il ne s’agit pas pour Bassekou de se faire connaitre uniquement, il se bat pour faire connaitre cet instrument et partager des expériences musicales ainsi qu’une tradition.

L’expérience américaine :
Il partagera sa musique avec des joueurs de banjo américains comme Bela Fleck, Bill Frisell par exemple et surtout le « bluesman » Taj Mahal. Ce dernier, fasciné par sa rencontre humaine et musicale avec Bassekou Kouyaté dira « j’ai maintenant la preuve que le blues vient du Mali ».

L’expérience cubaine :
B. Kouyate participe à l’album AFROCUBISM (2010, Madrid) en tant que guitariste. Il partage des titres avec Eliades Ochoa (expérience Buena Vista Social Club) et d’autres musiciens africains et montre encore une fois sa virtuosité et son ouverture d’esprit dans le partage des musiques du monde.


AfroCubism trailer par worldcircuit

Quand un journaliste le compare à Jimmy Hendrix pour sa virtuosité, Bassekou Kouyaté... éclate de rire et n’en croit pas un mot.

Une musique à découvrir et à aimer.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.