Sistoeurs

Accueil du site > Music > Sebastian Sturm

Sebastian Sturm

vendredi 21 octobre 2011, par Keira Maameri

Sebastian Sturm a souvent été comparé à Bob Marley. Les comparaisons sont faciles et souvent erronées, mais celle-là ne semble pas exagérée. J’ai eu cette même sensation la première fois que je l’ai vu sur scène. Quand on y pense, cet allemand d’origine indonésienne semble même loin de cette éventualité, mais il faut le voir sur scène pour pouvoir y croire.

Trois ans après son dernier album "One moment in peace" et cinq ans après le premier "This change is nice", Sebastian Sturm nous revient en cette fin d’année 2011 avec le nouvel opus "Get up and get going".

Lorsque l’on écrit sur le travail des artistes, qu’ils soient chanteurs ou autres, dès qu’ils dépassent la trentaine on a facilement tendance à parler "de l’album de la maturité" ou à employer des expressions similaires. Sebastian Sturm a eu deux années chargées d’émotions comme beaucoup d’entre nous. Sauf que lui, il est artiste et que, forcément, son travail va s’en trouver ébranlé. Entre autres changements significatifs : mettre fin à cinq années de collaboration et d’aventure avec son groupe Jin Jin Band, la perte d’un ami cher, voir s’écrouler le monde dans lequel nous évoluons, être père, nourrir sa famille en étant artiste, changer de label, démarrer avec son nouveau groupe Exile Airline, et promettre à tout le monde que ça va le faire...

C’est, certes, un album un peu plus sombre, un peu plus intime, un peu plus touchant et donc forcément plus émouvant. Cela reste du Sebastian Sturm. Pour ceux qui l’apprécient, ils ne seront ni déçus ni perturbés par ces quelques changements. Et pour ceux qui ne le connaissent pas encore mais qui aiment le reggae roots, je vous invite à le découvrir. Quoiqu’il en soit, tout le monde devrait aller le voir sur scène, car il vaut le détour.

Il sera à la Cigale (Paris) le dimanche 23 et le lundi 24 octobre 2011 en concert acoustique. Puis une tournée française, suisse et allemande suivront. Si Sebastian Sturm se produisait par bonheur vers chez vous, ne passez pas à côté de deux heures de plaisir musical. Si mon article se trouvait être une publicité mensongère, je vous invite à m’envoyer un mail de réclamation. Concrètement (entre nous) je ne pourrai rien y faire, mais c’est pour vous prouver la sincérité de mes propos !

Pour parler un peu plus de son dernier album piste par piste :

1 - "Get going" => Appel au réveil des consciences. Arrêter de se plaindre et de se mettre à l’action, démarrer au moins la révolution des esprits.

2 - "Responsibility" => Il est temps de se réveiller et d’accepter nos responsabilités et de ne plus perdre notre temps. Surpasser nos peurs et faiblesses.

3 - "Don’t look back" => Cessons de ressasser le passé car de meilleurs lendemains arrivent.

4 - "Children, don’t go blind" => Dépassons cette grande confusion, avant de perdre tout sens d’humanité. Nous sommes emmitouflés et déçus par les illusions. Il est temps de nous libérer de cette misère, de ces souffrances. Chaque jour, je m’inquiète pour nos enfants...

5 - "Never been as sad" => Le monde est devenu fou et aujourd’hui ça me rend triste et je n’ai pas honte de pleurer. Y a t il au moins une personne qui peut me montrer le chemin qui mène vers la sortie de ce chaos.

6 - "Burn the money" => Cessons cette course effrénée vers l’argent !

7 - "It’s not just" => Qu’est ce qui les rend si différents de nous ? Nous sommes (juste) des êtres humains. Je ne vois que de l’injustice...

8 - "Movin’ away" => Je rêve de m’en aller ailleurs...

9 - "Faith" => Ce qu’il nous manque c’est la Foi. Nous sommes assez forts pour nous battre et nous pourrons être unis, à nouveau !

10 - "Life was a bubble" => Je veux chanter cette chanson pour un ami qui est mort. Seigneur donne moi la force de pouvoir la chanter. Rien ne semble plus du tout être comme avant.

11 - "Upside down" => Chanson d’amour dédiée à sa femme

12 - "Tear down the walls" => (Chanson écrite pour sa fille) Je suppose qu’il sera plus difficile de vivre une vie en paix, surtout quand je regarde en arrière et que je me souviens de ma jeunesse... Notons que cette chanson est la seule qui est interprétée en featuring avec Monsieur Kiddus I, chanteur jamaïcain de 73 ans, que l’on a pu voir dans le film "Rockers" de Theodoros Bafaloukos, 1978.

***

SEBASTIAN STURM en Concert :

23.10.2011 - Paris - Unplugged à La Cigale (+Groundation)
24.10.2011 - Paris - Unplugged à La Cigale (+Groundation)
26.10.2011 - Boulogne sur mer - La Faïencerie
28.10.2011 - Neuchatel - La Casa Choc
05.11.2011 - Avignon - Montfavet
06.11.2011 - Lyon - Transbordeur
19.11.2011 - Mur Erigne - Festival Planète reggae

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.