Sistoeurs

Accueil du site > Music > Blitz the ambassador

Blitz the ambassador

mardi 3 mai 2011, par Keira Maameri

Samuel Bazawule, plus connu sous son nom d’artiste Blitz The Ambassador, est un rappeur d’origine ghanéenne. Né à Accra en 1982, il est américain depuis quelques années et vit dorénavant à Brooklyn. Blitz a découvert le hip hop par le biais du rap, après avoir entendu son frère aîné écouter l’album classique de Public Enemy "It Takes a Nation of Millions To Hold Us Back". Ce qui l’avait frappé et ce qu’il a aimé de suite chez Chuck D, Flavor Flav & Professor Griff, c’est cet entrelacement lyrical entre l’Histoire et le social. Samuel commença à rapper en s’appuyant sur ces mêmes prérogatives. Il dit d’ailleurs de cette découverte : "Avant ces rappeurs, je n’avais jamais entendu parler des jeunes noirs de cette façon là".

Blitz en est à son 4ème album et malgré cela il n’est pas encore assez connu, en dehors des petits cercles d’initiés. Pour rectifier le tir, Sistoeurs se charge de vous en parler.


Pour faire simple, Blitz The Ambassador est un mec qui a quitté son Accra natal pour faire ses études aux États-Unis. Je vous avoue, je n’ai pas osé lui poser la question : "était-ce une ruse pour aller sur la terre des meilleurs rappeurs du monde ?". Une fois arrivé sur le sol américain, en bon MC africain, il s’est chargé d’aller se confronter aux MC américains, ce qui lui a permis de s’améliorer et de toujours être dans l’ouverture et la compétition. 4 albums ont émergé de cette expérience, au sein desquels on peut se rendre compte de l’évolution de l’artiste. Dans sa façon de rapper, on peut même citer l’amour et le respect qu’il a pour certains artistes américains. Je vous laisse écouter et juger par vous mêmes.

Reste que son 4ème album marque un tournant par rapport aux précédents. Il est beaucoup moins Boom Bap et beaucoup plus africain. Non seulement dans les rythmiques (instruments africains et sonorités africaines joués par son band), les featurings (Nubians - Caméroun, Corneille et Shad - Rwanda, Keziah Jones, Nigéria, Baloji - Congo, Pete Philly - Aruba), les références (Kwame Nkrumah, tissu de Kenté, Desmond Tutu, Fela Kuti, Ali Boumayé), les thèmes ("Accra City Blues", sur sa ville natale - ma préférée de l’album !, "Akwaaba" = Bienvenue, "Dear Africa", "Free Your Mind").

Cet album est certes fait par un africain avec des sonorités africaines, sans parler des featurings qui viennent pour la plupart du continent de la terre mère, (mais pas uniquement car Blitz a eu l’immense honneur d’avoir Mr Chuck D. sur "The Oracle" faisant comme une intro au son qui suit " Victory" : "It’s not where you’re from, it’s where you’re at" !). Je vais même me permettre de dire que cet album a une visée africaine. Qu’est-ce que Blitz et ses invités pourraient bien vouloir dire aux africains ? Si ce n’est rassurer le peuple africain qui est resté "à la maison" en leur disant : NOUS sommes le fruit de l’Exode et de ce que nous pouvons vous en dire par notre expérience. C’est que, NOUS PEUPLE AFRICAIN, devons gagner en confiance en nous-mêmes ! Nous avons toutes les qualités, les ressources, le savoir... il ne nous manque plus que l’assurance et la foi en nous-mêmes. Dans notre passé de colonisés, certains nous ont rabaissé, nous ont dit que nous ne valions pas grand chose sans l’autre (le maître blanc). Sachez que la force et le courage sont en nous et qu’il faut juste les trouver. Pour Blitz, les africains doivent travailler sur ce complexe d’infériorité. Les featurings et Blitz lui-même, racontent, disent, expliquent qu’ils ont voyagé et vécu partout ou presque, en Europe, en Amérique... et ce vécu leur dit une chose : " Unissons nous pour être un peuple fort : LE PEUPLE DE L’AVENIR ! "

Discographie :

* 2004 : Soul Rebel
* 2005 : Double Consciousness
* 2009 : Stereotype
* 2009 : StereoLive
* 2011 : Native Sun

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.