Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > Jean Rollin au pays des songes

Jean Rollin au pays des songes

dimanche 19 décembre 2010, par Franca Maï



Jean Rollin, le rêveur égaré - Teaser
envoyé par Purple_Milk_Production. - Regardez des web séries et des films.

J’ai eu la chance de tourner avec Jean Rollin. Je dis chance car c’est lui qui m’a permis de retrouver le chemin des plateaux à la suite d’un grave accident de voiture en me confiant le rôle d’Elisabeth dans son film culte Fascination.

Le tournage a été enchanteur.

Nous nous amusions beaucoup et les scènes se construisaient dans l’onirisme, l’improvisation, le surréalisme et les obsessions d’un réalisateur libertaire et atypique. Son regard gardait toujours ce scintillement propre à l’innocence : celui d’un rêveur qui poursuit le mythe des femmes vampires comme pour désengorger la mort et se gausser des épouvantes engendrées.

Influencé par la peinture, il a offert au cinéma français des scènes d’un dadaïsme de toute beauté et une œuvre prolifique que l’on ne peut ranger dans aucun tiroir. Sa manière à lui de crier : « Ni Dieu, ni maître !  ».

La vie qui joue sa partition à un rythme infernal nous a éloignés, bêtement. Trente ans plus tard, nous nous sommes retrouvés grâce à la magie du téléphone. C’était... il y a quelques mois. Nous avons alors partagé et découvert notre prose respective et Jean m’a aiguillée sur ses romans singuliers dans lesquels j’ai retrouvé la cohérence de sa quête fantastique.

Nous devions nous revoir en chair et en os.

La maladie a cadenassé cette envie.

Un rendez-vous manqué.
Regrets éternels.

Adieu Jean et longue route au pays des songes.

Photo :

tournage Jean Rollin _ clap

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.