Sistoeurs

Accueil du site > Music > Morgan Heritage : "Jump Around If You Really Love Reggae !"

Morgan Heritage : "Jump Around If You Really Love Reggae !"

LE DERNIER ALBUM : "THREE IN ONE"

samedi 26 avril 2003, par Séverine Capeille

La « famille royale du reggae » a encore frappé. Depuis quelques jours, le dernier album de Morgan Heritage est « dans les bacs », et c’est de la « tuerie », comme on dit. Une « tuerie » pacifique bien sûr, une « tuerie » qui ne tue personne et qui fait battre le cœur au rythme d’une « Anti-war song » ou d’un « Judge not ». Le sixième album des cinq frères et sœurs Morgan distingue une fois encore le groupe en tant qu’icônes légitimes du reggae.

Dès la première note de « Jump around » la dreadlocks s’agite. C’est parti pour un pur moment de bonheur sur fond de talent et d’originalité. Ceux qui ont su conquérir le public international ne déçoivent pas. Les titres s’enchaînent, diffusant messages spirituels et fraternels sur des rythmes variés. « Everything is still everything » explore les « vibes » du ska tandis que « Rebel » développe un roots parfait. En tout, dix-neuf chansons composent un album qui frôle la perfection musicale. Disposant d’influences diverses depuis leur enfance aux Etats-Unis (R’n’B, Rock, Reggae, Hip-Hop), les membres de la famille semblent avoir atteint une maturité et une maîtrise impeccables, apparaissant ainsi comme dignes successeurs des Burning Spear ou des Wailers.

Au-delà de la performance musicale, saluons la performance familiale (la famille Morgan ne compte pas moins de 29 enfants tout de même !) et l’esprit communautaire qui fonde leurs discours comme leurs actes. Les albums du groupe accueillent généralement tous les artistes reggae, qu’ils soient rastafariens, Ethiopiens orthodoxes, bobo dread, nyabinghis, ou membres des douze tribus d’Israël. Ils rassemblent artistes dancehall et artistes reggae roots avec un enthousiasme rare et positif. Dans « Three in One », on retrouve Antony B. (« In the Ghetto ») et Junior Kelly (« Ah Who Dem ») pour deux morceaux de qualité. Ceux qui ont reçu le talent en héritage n’en oublie pas moins de donner le micro aux autres membres de cette grande famille qu’est celle de la musique. Autre particularité à souligner : si les femmes sont fréquemment évoquées dans les textes, c’est toujours de manière positive et respectueuse. Preuve, s’il en était encore besoin, qu’on peut faire de la bonne musique sans écraser son prochain.

Ce dernier album s’inscrit dans un objectif beaucoup plus social que d’habitude, laissant le message spirituel en arrière fond lumineux. La chanson contre la guerre (« anti-war song » ) est un appel direct et fort d’une famille aux autres familles et surtout aux dirigeants de ce monde. Malheureusement, ces derniers ne semblent pas écouter ce genre de musique, préférant le bruit sourd des canons à la légèreté des percussions, alors si quelqu’un avait le bras assez long…

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.