Sistoeurs

Accueil du site > Music > Ice Cube.

Ice Cube.

The mother fuckin’saga continues…

mardi 7 avril 2009, par Laetitia Tendart

Du lourd ! Voici ce qu’il faut retenir du concert de Ice Cube. Pour la 6 ème édition de L’Original Festival, le roi de " L’explicit Content" a brulé les planches au Transbordeur de Lyon ce Samedi 4 Avril 2009. Méchant !

« Pour commencer, il faut dire qu’à 19h30, une foule incroyable était en rang d’oignons devant les portes du Transbo ! Ça laissait présager une bonne ambiance. »

Le public ce soir est à majorité masculine, mais les femmes présentes sont étonnantes. On ne soupçonnerait pas un seul instant qu’elles s’envoient des décibels du cinglant et terrifiant Ice Cube dans les tympans. Peu de femmes certes, mais tous les styles sont représentés : celle qui est voilée, qui a la vingtaine, la trentaine et même celle que l’on imagine plutôt à un concert de Julio Iglesias ! Bref, de la femme d’affaire à l’étudiante. Mais, revenons au public masculin, hétéroclite lui aussi : celui de la quarantaine, les lascars, les trentenaires, les SDF (l’un des trois avec lesquels j’ai pu discuter m’a dit : "On n’a pas d’appart mais on a tenu à venir ce soir"), des armoires à glace, des cheveux grisonnants, des profs et bien entendu tous ceux qui n’avaient pas vu le jour quand Ice Cube a débuté sa carrière dans le groupe le plus craint des USA, autrement appelé outre atlantique « Most dangerous group » : NWA : Niggaz With Attitude !

Flash Back...

Ice Cube est l’un des membres de l’ex NWA. Poète du Rap, il n’a pas la langue dans sa poche. C’est lui qui écrit les textes du groupe, notamment "Fuck Tha Police" qui fera trembler les autorités Américaines et qui poussera le FBI à s’intéresser de plus près au rap "Hardcore". Ensuite, il se sépare du groupe et entame une carrière solo. Il crée la polémique avec son album « Death certifate » d’où il apparait très en colère derrière un corps, sorti d’un tiroir de la morgue, lequel est enveloppé du drapeau Américain, sur le pied on distingue une étiquette sur laquelle on peut lire : « Uncle Sam ».

DJ Krisfader...

La première partie était assurée par un DJ. Perché sur une plate-forme et derrières des platines, il revisite le hip-hop avec des mix allant de Korrupt à Talib Kweli. En attendant, les jeunes hommes des premiers rangs s’impatientent et scandent « Ice Cube, Ice Cube ». Mais la première partie est faite pour mettre l’eau à la bouche ou plutôt le son à l’oreille. Krisfader joue la carte de la provoc’ et passe un petit air de Techno, la foule siffle. Loin de se laisser impressionner, il continue ses scratchs et termine sa prestation avec l’excellent « The blast » de Talib Kweli extrait de l’album « Reflection Eternal » en featuring avec Dj Hitek.
Soudain, extinction des Projos !

The Revolution is now, come join the flow !

Les caissons placés aux extrémités de la scène raisonnent et bougent au rythme de « Boum, boum, boum ». Une voix résonne des enceintes. Le portrait de Ice Cube affiché dans l’arrière scène qui s’éclaire en bleu et jaune donne une allure réelle au personnage. Le public se tait, des pieds se soulèvent, les cous se dressent, des bras se lèvent et dès qu’il apparaît, un hurlement bien masculin retentit dans la fosse. Le ton est donné. « Le glaçon » fidèle à son style débarque front plissé avec « click-clack-Get back » et c’est la cohue dans les premiers rangs. Ice Cube est avec WC (tous deux membres de la Westside Connection) et tous deux enchainent les titres « Natural Born Killaz » extrait de la B.O « Murder was the case », « Bow Down » et le public répond en chœur « Bow Down when you come to my town ». D’un bout à l’autre de la scène, ils dégainent des lyrics comme au front et le public soutient les vétérans du Rap version West Coast.

« I want to introduce myself, my name is ? », les beats tombent au rythme de la réponse : « Ice cube, Ice Cube, Ice Cube » scandée par des gars surexcités. Ensuite, à la demande du rappeur, le signe W (le pouce collé à l’index, le majeur et l’annulaire croisés et l’auriculaire légèrement écarté) apparait sur toutes les mains dans le public, pour la West Coast. C’est reparti pour un tour, le public tombe sous les flow de mister Ice. Il interprète des tracks de « Raw footage », son dernier album sorti en 2008 et s’en suivent « The gangsta, the killa and the dope dealer » et les classiques de NWA comme “Straight outta Compton” et “Gangsta, Gangsta », des sons qui rappellent la naissance du Gangsta Rap. L’époque Easy E, Dr. Dre, Mc Ren, DJ Yella. Il communique avec le public et dit « it smells good here » et la loi Evin part en fumée, les gars brandissent clopes et joints. Il interprète ensuite « Go to Church” et s’écrie “It goes one for the money”, la fosse en transe répond “HEY” "Two for the show, Three for the pussy, Four for the glow”, repris par la fosse tandis que dans les gradins, les pieds font trembler le Transbo. Le concert s’achève sous des airs Soul Funk au bout d’une heure et quart sans aucun rappel. La prestation aura été courte, mais de qualité. Les lumières s’allument et en sortant, un jeune gamin me tend un flyer et me dit « Zaho en concert » : Sacrilège !

Pari gagné, pour L’Original ...

Après DJ Kool Herc, Public Enemy, Method Man et Redman, De la soul, Guru ... Il ne manquait plus que l’un des pères fondateurs du Gangsta Rap pour dire avec fierté : « L’Original a accueilli des icones ». La dernière fois qu’on avait vu ça à Lyon c’était pour Redman et Method Man.

Que vive la Old School !

PHOTOS : Gilles Soen-Wer. Cliquer ici pour voir son site

Répondre à cet article

3 Messages de forum

  • Ice Cube.

    8 avril 2009 06:55, par kriss
    Alors là je regrette carrément de ne pas être venue, de toute façon c’était complet samedi mais MERDE ! bel article Laet bravo, photos excellentes !

    Répondre à ce message

  • Ice Cube.

    15 avril 2009 18:52
    Petit correctif concernant la première partie de Ice Cube:le nom du Dj est Krisfader,le morçeau"techno" sifflé par le public est le nouveau single de Pitbull(Calle Ocho),rapper de Miami d’origine cubaine & enfin,le dernier titre joué n’était pas de Talib Kweli mais de Mc Eight"Straight to menace" tirée de la B.O. du film Menace to Society !Merci à vous pour la chronique,DJ KRISFADER !

    Répondre à ce message

    • Ice Cube. 16 avril 2009 00:20
      Désolée d’avoir écorché ton "nom", mais c’est l’orthographe qui m’a été donnée. Pour Talib Kweli, j’étais persuadée d’avoir hurlé sur "the blast" en dernier... de Mc Eight, je ne le connaissais pas. Encore une fois merci et nous allons corriger ces erreurs. Laet

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.