Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > Far Too Loud en interview

Far Too Loud en interview

Un article écrit par ZF

jeudi 23 avril 2015, par Le Collectif Sistoeurs

Il y a deux semaines, il était difficile de passer à coté de l’événement électro Reperkusound à Lyon, qui fêtait cette année ses dix ans. Comme chaque année le festival, étalé sur trois jours, nous a offert une programmation de qualité dans les deux salles du Double mixte. On soulignera par ailleurs la qualité des jeux de lumière, et celle du lieu : immensité des salles qui rajoute quelque chose de particulier à l’événement. Forcement, Sistoeurs y était !

Pour l’occasion Sistoeurs a eu la chance de pouvoir rencontrer Oli Cash, alias Far Too Loud. Le DJ que l’on ne présente plus et qui monte et monte depuis maintenant plus de 10 ans a littéralement enflammé la scène du Double mixte avec un son pointu, posé, montant crescendo et qui envoie. Congrats !


Sis. Es-tu content d’être à Lyon ce soir ?
Far Too Loud. Oui je suis venu à Lyon pas mal de fois, la première fois que j’ai joué en France c’était à Villeurbanne. Je suis ensuite revenu jouer ici deux ou trois fois. Ma sœur a vécu à Mâcon aussi et du coup je venais à Lyon quand j’allais lui rendre visite. Et la dernière fois que j’ai joué à Lyon, c’était au transbordeur il y a deux ans.

Sis. Où penses-tu qu’est le meilleur endroit pour jouer aujourd’hui ?
Far Too Loud. Je ne vais pas mentir, je sais qu’on est à Lyon mais Toulouse est un endroit très bien pour jouer. Les gens et le public sont incroyables ! Je ne veux pas être déloyal ! Est- ce que j’ai le droit de dire ça ? (rires) Mais Lyon arrive en deuxième position !

Sis. Comment as-tu commencé à composer de la musique ?
Far Too Loud. J’ai commencé je devais avoir 10 ans en jouant au saxophone, puis quand j’étais ado j’ai appris à jouer d’autres intrus comme la guitare et la batterie. Ensuite, je suis allé à l’université pour apprendre justement comment enregistrer de la musique/ le son. J’ai rencontré des gens qui faisaient de la dance music et j’ai voulu faire pareil.
Par le passé j’ai vraiment essayé pas mal de chose, les orchestres, le jazz, des groupes de rock....

Sis. Et l’électro a été un aboutissement ?
Far Too Loud. Pas vraiment, mais c’est la première fois que l’on m’a dit on va te payer pour la musique que tu fais ! Et c’est devenu un travail.

Sis. Comment est- ce que tu crées ! As tu besoin d’être tout seul et est ce que la composition vient à toi comme ça ?
Far Too Loud. J’ai un studio d’enregistrement chez moi dans mon sous sol. C’est mon espace. Et des jours ça vient comme ça et des jours pendant dix heures ça ne donne rien ! Ça dépend vraiment des jours ! Et ça peut avoir des répercussions sur la vie de tous les jours : quand ça vient tout seul et que la journée a été productive, je suis tout content, je vais voir ma copine et je lui propose de sortir pour dîner. Mais les jours où ça prend plus de temps, j’essaie d’avoir une conversation avec ma copine mais ma tête est toujours au travail et je me demande comment je peux améliorer tel ou tel morceau.

Sis. Tu as fait pas mal de featuring notamment avec Lilly Allen et The Christal Method. Est ce que c’est important pour toi de partager et mélanger des univers différents ?
Far Too Loud. Oui c’est important, j’ai même d’autres featuring en préparation en ce moment. Mais ce qui compte avant tout c’est ce que je pense de l’artiste. Si j’aime l’univers de l’artiste et que je me dis que nos univers vont correspondre, je fonce.

Sis. Quelles sont tes inspiration ? Est-ce que les femmes ont une importance dans ta création ?
Far Too Loud. C’est impressionnant que par exemple, parmi mes amis producteurs et les djs que je connais, il n’y a pas tant de femme. C’est difficile pour les femmes de se faire une place dans le monde de la musique. En Allemagne, par exemple, les femmes arrivent à cartonner et à se faire une place. Imogen heap passe bien devant tout le monde. C’est quelqu’un pour qui j’ai beaucoup de respect parce qu’elle a repoussé les limites de la musique.

Sis. As-tu d’autres sources d’inspiration ?
Far Too Loud. Bien sur, j’ai beaucoup de sources d’inspirations qui sont d’ailleurs connectées ou non à l’électro. En ce qui concerne l’électro, les Chemical Brothers sont et resteront les meilleurs pour moi. Ce qui m’influence aussi vraiment c’est de me souvenir des sets que j’ai fait et des soirées où je suis allé, de l’ambiance, des lumières et je me demande ce qui peut faire vibrer les gens.

Sis. Qu’est ce que tu prévois pour la suite ?
Far Too Loud. Après ce week-end je vais prendre quelques semaines off pour me poser et composer parce que j’ai plein de sons en tête, et ensuite il va y avoir les festivals en été en France, aux Etats-Unis, au Canada.... Je vais d’ailleurs jouer en Bretagne sur l’île de Belle-Île pour le festival Le Bois Du Génie ! J’ai vraiment hâte.

Encore un grand merci à Far Too Loud et au Reperkusound pour cette grande soirée.

***********

Far Too Loud sur :

Sound cloud

Facebook

YouTube

ITunes

En Tournée

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.