Sistoeurs

Accueil du site > Alphabet > Je m’appelle T

Je m’appelle T

jeudi 26 février 2015, par Séverine Capeille


Je suis le seul à être parfaitement équilibré. Ils sont tous timbrés, les autres. Je les entends bavasser à longueur de journées. Ils me fatiguent. Je donnerais cher pour qu’ils se taisent, qu’ils me laissent réfléchir en toute tranquillité. Je sais bien qu’ils sont biscornus, cabossés, plein de doutes et de tracés compliqués, et je comprends que leur vie soit difficile, mais moi, je n’ai pas ces problèmes. Une verticale pour m’habiller, une horizontale pour me coiffer, et me voilà prêt à sortir, traverser les dents dans un bruit sourd et maitrisé. J’ai une allure que je trouve distinguée, fidèle à moi-même, identique de chaque côté. Et qu’importe si l’on me réduit souvent à quelques onomatopées.
Tss, je m’en moque.
Je voudrais simplement ne plus les entendre. Je me souviens que j’avais même essayé de faire plus de bruit qu’eux, à une époque. Du taratata au Tic-Tac, en passant par le Tchou-Tchou, le Tuuut et le tagada, j’avais fait un de ces tsoin-tsoin, tant et si bien que j’étais à deux doigts de devenir moi-même Toc-Toc.
J’ai arrêté.
Je les méprise en silence.
Ça demande du sang froid, de la patience, de la distance. Parvenir à relever ce défi me rend fier. Dire qu’il suffirait de me retourner pour que je devienne un lance-pierres.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.