Sistoeurs

Accueil du site > Alphabet > S danSe

S danSe

jeudi 26 février 2015, par Séverine Capeille


Je suis un porte-manteau. Ne me regardez pas comme ça… Puisque je vous le dis ! Vous pouvez me croire. Je suis un porte-manteau qui se défile à l’anglaise. Et ne vous en déplaise ! Vous connaissez la chanson ? Ne vous… Allez, tous avec moi : En dansant la javanaise, lalala. Venez, on va faire une chenille, se déplacer en serpentin.
Suivez-moi, je connais le chemin.
Par corps.
Il faut juste faire attention à bien tenir le verre, ne pas renverser… dans les virages… Faire attention…
En dansant la javanaise…
Vous savez, je vais vous dire… Si, si, vous m’avez l’air sympa… Je vais vous le dire à vous : je ne veux plus entendre ces histoires de serpents qui sifflent sur les têtes. Et pourquoi ils sifflent ces serpents d’abord ? Hum ? Et pour qui ? J’en ai ras la casquette, vous entendez ? Ras la casquette de ces Érinyes. Tout ça au nom de je ne sais quelle allitération. Tenez, je me ressers un verre… Il reste des glaçons ? Non ? Tant pis, je m’en passerai. Qu’est-ce que je disais ? Ah. Oui. Que Gainsbourg, c’est plus entraînant que Racine. On laisse tomber les alexandrins : aujourd’hui, c’est torsade et cotillons ! On oublie ces stressantes répétitions et on se dandine, on se dandine… !
Allez, quoi ! A droite puis à gauche…
Hips… Oups ! Pardon !
Suivez-moi... ! Hips…
Voilà que je prends le hoquet. J’ai peut-être un tout petit peu trop bu, je le reconnais.
Hips…
Mais faut me comprendre. Je n’en peux plus. La Tragédie, le signal de détresse… Vous saisissez ? Non seulement on m’a collé une sale réputation mais en plus… Hips… Oui, en plus, j’ai toujours cet insupportable « O » qui vient s’incruster au milieu de mes missions. SOS, je n’en peux plus. Je suis au bout du rouleau. D’ailleurs, je vais reprendre un verre, un dernier verre, le verre de trop. Ce verre qui confirmera que je suis une farandole et un porte-manteau. Hips…
J’aurais pu être un chiffre. Figurez-vous que c’était moins deux pour que je sois un huit.
Si j’avais fait un tout petit effort, si j’avais pu relier les extrémités… Hips…
J’aurais pu fréquenter des quidams sur qui compter.
Hips…
Mais on ne choisit pas sa famille.
Alors ne me demandez pas pour qui sont ces whiskys sans glace qui menacent de saouler. Ni pourquoi la vicieuse cirrhose… Hips… la vicieuse cirrhose risque de terrasser…
Dansons encore un peu, puisqu’il est déjà tard.
Dansons sur les serpents ce soir.
Et trinquons à Gainsbarre.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.