Sistoeurs

Accueil du site > Alphabet > Je m’appelle O

Je m’appelle O

dimanche 7 décembre 2014, par Séverine Capeille


Je le sais, il y en a qui disent de moi que je suis trop ferme, trop tendue. J’en ai même entendu un, par hasard, qui disait que j’étais trop carrée ! Moi, trop carrée ! J’en crèverais de rire si ce n’était pas à pleurer ! Je suis le contraire. Tout le contraire. C’est dire si les gens médisent sans vous connaître. C’est peut-être en raison de ma position : juste après celui qu’on prononce « haine » ? Je ne sais pas. Mais j’attire les critiques et les attaques. On m’évoque souvent en s’exclamant de surprise. On me jalouse. Et rien ne m’atteint. Tout cela me passe à travers à un point… !
Il faut dire que je suis parfaite. Non seulement je tiens une forme olympique, mais en plus je peux prendre plusieurs prononciations. Tout dépend de celui que l’on place à mes côtés. Je verse dans la nasalisation ou je m’ouvre comme une huitre qui laisse apparaître une perle rare. Je suis dans l’homme et dans la pomme, dans le nom et dans l’atome. On peut bien dire que j’ai pris la grosse tête, il n’empêche que moi, je suis au cœur d’une syllabe sanskrite que l’on retrouve dans plusieurs religions, je peux me transformer en abréviation, et même, si je veux, symboliser les degrés ! Remarquez également que je porte le chapeau comme nulle autre, je suis le lyrisme des poèmes… Ô comme je m’aime !

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.