Sistoeurs

Accueil du site > Livres > "Mailles à l’envers", roman de Marlene Tissot

"Mailles à l’envers", roman de Marlene Tissot

mercredi 29 février 2012, par Le Collectif Sistoeurs

Le webzine SISTOEURS est très fier de vous présenter le premier roman de Marlène Tissot : "Mailles à l’envers".

Présentation

Elle n’a peut-être pas de nom, mais elle ne manque pas de personnalité. Difficile en effet d’oublier ses os pointus et ses mots affûtés de môme grandie trop vite dans un monde à vau-l’eau où règne le chacun pour soi, sur fond de béton et de tétons.
Une écriture pleine de suaveur, désenchantée et toute en grâce, pour nous conter les aventures impur’diques d’une jolie blondinette au pays du réel.
Comment vouloir marcher droit quand tout va de travers autour de soi ?

Marlene Tissot tricote son intrigue six ans en arrière, trois ans en avant, pour mieux piéger le lecteur, captivé par ce récit haletant, féroce, plein d’une verve aussi brutale que poétique.

Morceau choisi

C’était comme ça les départs en vacances quand j’étais môme. Juste un peu plus de silence que d’ordinaire. Je regardais les paysages défiler, sagement assise sur la banquette arrière. L’herbe, sur le bord de la route, faisait des dessins flous comme un film en accéléré. Je retenais ma respiration pour essayer de ralentir tout ça. Freiner un peu ma vie qui se tricotait. Trop de mailles à l’envers, pas assez à l’endroit. Je savais bien que fermer les yeux ne servait à rien. C’était un peu comme éteindre la lumière pour camoufler le désordre.
Papa conduisait. Il bâillait.
Parfois il arrêtait la voiture sur le bord de la route et s’éloignait pour pisser contre le tronc d’un arbre. Parfois sa pluie jaune acide dégommait une colonie de fourmis. Il s’appliquait à les viser au mieux avec l’air de se prendre pour Dieu, essorant son orage jusqu’à la dernière goutte. Puis il remballait sa bite et sa toute-puissance, et on repartait sur les routes cabossées, exiler nos désespoirs vers d’autres paysages. Maman s’endormait. Sa tête penchait doucement sur le côté. J’étais sage. J’étais un bagage sur la banquette arrière. Silencieux.
Encombrant.

À propos de Mailles à l’envers

Mailles à l’envers, c’est une histoire à la première personne, celle d’une gamine qui dévide son enfance à coups de souvenirs oppressants et implacables.
Dès les premiers mots, le lecteur se trouve harponné par des images fortes, happé dans un monde sordide où se battent et se débattent la mère accro au sexe et à l’héro et le père violent et alcoolo avec, en toile de fond, des usines d’engrais chimiques. Sinistre, donc.
Mais sans rien de triste non plus. Ça ne rigole pas beaucoup, certes, mais on est loin du pathos naturaliste des faits divers à sensation. Et le lecteur, mi-goguenard mi-égrillard, se repaît des malheurs de « cette fille », trop rêveuse pour être tout à fait canaille, trop réaliste pour être tout à fait naïve.

Les anecdotes se croisent sans jamais s’entremêler, et l’auteure, inexorablement, tisse un roman jalonné de petits poèmes comme autant de cailloux jetés à terre pour garder la trace du droit chemin. Qui mènerait où ? Au « pays joyeux des enfants heureux,/ Des monstres gentils/ Oui c’est un paradis » ? Dans un monde banalisé en Technicolor, où les filles en short pailleté défendent leur honneur « avec grâce et férocité » ?...
Mailles à l’envers, c’est tout à la fois le désarroi de la Petite Sirène que chaque pas dans le monde des hommes fait souffrir, et l’émerveillement d’une vie pleine de chaleur perçue dans les dernières allumettes craquées par la marchande d’Andersen ; un conte moderne, porté par une langue résolument désinvolte et audacieuse, aux tournures à la violence contenue, étincelantes de spontanéité.

Un premier roman, un coup de maître.

Marlene Tissot
Mailles à l’envers
2012 © Éditions Lunatique
Le Bas Livet 53380 La Croixille
ISBN 979-10-90424-01-2

Répondre à cet article

1 Message

  • "Mailles à l’envers", roman de Marlene Tissot

    30 mars 2012 11:28, par Juskodan

    Marlène Tissot, dont j’ai lu le livre avidement, punche ! Il cogne et, s’il est cru, ce n’est jamais sans raison. Chaque phrase est courte, vous coupe le souffle, vous pousse dans les cordes. No mercy ! Tout en "crochet court" ! Pourtant, derrière cette sauvagerie, à la manière d’un contre-moule, il existerait bien des tendresses qui ne peuvent pas éclore. Ne parlons pas de s’épanouir ! Pas le temps ! Pas de répit ! Jamais !

    Pour moi, Mailles à L’Envers est un livre rock, sans concession. Vous avez oublié le sens de ce mot ? Mais pas de souci, je vous le rappelle : est rock tout ce qui cogne dans la marge. « Rock » ne caractérise pas uniquement la musique : Jean-Michel Basquiat est rock, Avant lui, Otto Dix, peintre dada, l’avait été. Louis Ferdinand Céline est rock !

    Pour moi, Marlene Tissot est sorte une Virginie despentes mais qui saurait écrire. Je lui souhaite un bon succès.

    Trop de mailles à l’envers, pas assez à l’endroit ? Je pense que ce livre-là devrait la propulser : AVANTI !

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.