Sistoeurs

Accueil du site > Music > La Belgique : terre musicale

La Belgique : terre musicale

lundi 8 novembre 2004, par Franca Maï

La Belgique est une terre fascinante. Des années pour piéger un psychopathe qui creuse des trous dans sa cave, viole et tue des enfants, à peine quelques éclipses, pour sortir de son chapeau un « pirate » de 23 ans coupable d’avoir mis à disposition sur son site ftp, 3.500 enregistrements musicaux, durant cinq mois. A la clef 100.000 Euros d’amende. Rien que cela. Très cher, le démarrage dans la vie.

Mais sous ce prétexte fallacieux, se cache une autre guerre. La Sabam, société d’auteurs basée à Bruxelles, exige que les fournisseurs d’accès et notamment Tiscali -qui ne représente que 3,8% des parts du marché sectoriel- prennent les mesures pour empêcher l’utilisation de tous les systèmes d’échange de fichiers « peer to peer ».

Une atteinte donc à la jubilation joyeuse de l’échange convivial entre internautes.

Développer son sens critique en affinant son ouïe, en choisissant la culture de demain et refuser celle que l’on nous impose -formatée et aseptisée- semble déranger maladivement l’industrie du disque et ses composants.

Une allergie contagieuse puisque même des Artistes réputés non conformistes se transforment en écureuils de l’épargne, avec nains de jardin entretenus dans leur bunker.

Le problème est qu’il existe un certain nombre d’auteurs et de compositeurs qui ne se reconnaissent pas dans cette âpreté cupide.

En bons visionnaires, ils anticipent et savent que l’écoute libre est une source de révélation et d’état de grâce.

Ils savent également que la daube ne passera plus le mur du son.

Les consommateurs ne tolèreront plus d’acheter un titre valable, pour s’en coltiner dix médiocres, sur un CD complet.

Les producteurs devront faire l’effort de produire de vrais talents et d’épouser leur univers au lieu d’essayer de leur imposer un cahier des charges, réputé rentable.

La sélection sera plus redoutable car n’est pas Jim Morrisson qui veut, mais l’ère musicale qui s’ouvre à nous, nous allègera de tous ces artistes imposteurs, ronflant sur leur plan de retraite.

Et puis, manque de chance pour l’industrie du disque, peut-être les internautes ont-ils du goût et le font-ils savoir !

De la musique avant toute chose....

Répondre à cet article

1 Message

  • > La Belgique : terre musicale

    16 novembre 2004 10:44
    ..et même après. Je partage entièrement ce que vous avez écrit. L’espace internôtre que nous offre le web est suffisamment vaste pour que tous les talents échangent , s’échangent et nous (é)changent . Bien sincèrement. JL Kockler www.kockler.net

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.