Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > Sista Sony

Sista Sony

samedi 30 avril 2011, par Séverine Capeille


D’où vient ton nom, Sista Sony ?
En fait, ce n’est pas vraiment moi qui ai choisi ce surnom. J’ai commencé à faire du son quand j’étais au lycée (je faisais du rap au début) et c’est à cette époque que les gens de ma classe m’ont appelée « Sonic », parce que j’étais speed. Mais je n’aimais pas « Sonic » ! Alors on a arrangé ça avec « Sony », qui est plus en rapport avec la musique. Et puis, quand j’ai commencé à faire du reggae-dancehall, j’ai rajouté le « Sista » devant.

Tu as commencé très jeune ! Quel âge exactement ?
A l’âge de 14 ans. J’étais dans le Hip Hop. Dans mon lycée, il y avait un groupe de rap, et il fallait passer une audition pour être acceptée. J’ai réussi et j’ai commencé comme ça. J’ai ensuite passé un concours en Guyane, j’ai fait ma première mixtape à l’âge de 15 ans, puis une grosse manifestation qui rassemble plus de huit mille personnes avec des artistes venant de partout. Ensuite, j’ai eu mon bac à seize ans.

Seize ans ?!
Oui. C’est le cursus qu’on m’a fait faire ! Je n’ai pas choisi ! Et c’est à ce moment-là que je suis partie en France. J’ai intégré le milieu reggae-dancehall et c’est seulement à l’âge de dix-sept ans que je suis allée pour la première fois en sound system. Assez tardivement, en fait.

Tu fais souvent des allers-retours entre la Métropole et la Guyane ?
J’ai vécu en Guyane, ensuite en Métropole : Toulouse, Paris… Depuis un an, je vis en Guyane, alors effectivement, je reviens fréquemment. Ça permet de faire des échanges entre la Métropole et la Guyane, de bouger un peu, de se faire connaître…

Il y a une scène qui te ferait tout particulièrement rêver ici ?
Pas spécialement. Moi, toutes les scènes que je peux faire, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, j’y vais ! Pour chanter, je suis là ! Et j’aime n’importe quel public, du moment qu’il est réceptif, qu’il y a la vibes… Pour moi, la musique n’a pas de couleur, ni d’odeur.

Quel est ton plus beau souvenir de scène ?
En 2004, par exemple, Capleton était venu et on m’a fait monter sur scène pour faire deux ou trois chansons en première partie de son show.

Dans tes chansons, tu mêles le créole, l’anglais et le français. Pourquoi ce choix ?
Au début, je ne chantais qu’en français. Maintenant, j’ai un peu changé et parfois j’essaye de ne chanter qu’en créole. Donc, je chante principalement français et créole, et je peux également mélanger les deux dans un même texte. Je le fais parce que, quand on parle dans la rue, c’est tout simplement comme ça : tout se mélange. En tous cas, ça se passe comme ça chez moi. Et peu importe la langue employée : anglais ou portugais, la langue d’origine est mêlée à d’autres. Et puis, c’est pour que tout le monde se sente concerné. Peut-être que tu ne vas pas comprendre toutes la phrase si tu ne parles pas la même langue, mais tu auras déjà l’idée, le contexte… Ensuite, tu peux devenir curieux et t’intéresser à d’autres langues. Je crois que bientôt, il n’y aura plus qu’une seule et même langue !

Tu mélanges les langues, les styles (Hip Hop, reggae, dancehall)…
Oui, pour moi, la musique, c’est tous les styles confondus. Chez moi, je peux chanter les styles que tu as cités mais je peux également chanter d’autres styles. Pour l’hommage à Patrick Saint Eloi, un grand artiste de zouk et ancien membre du groupe Kassav, j’ai eu l’occasion de participer et de chanter un zouk par exemple. Il peut m’arriver, pour d’autres types de manifestations, de chanter un style très particulier qui s’appelle le boléro, qui est un style de slow un peu… Si on me propose de chanter d’autres styles de musique et que je peux le faire, je le ferai. La musique, c’est universel, ça ne s’attache pas seulement à un style particulier. Pour le moment, le reggae-dancehall et le Hip Hop m’ont choisie, mais ça ne veut pas dire que je vais me cantonner à ces styles.

Tu dis « ils m’ont choisi » ?
Oui, parce que, à la base, j’ai été entrainée dans ces courants-là. Je crois que tu es d’abord choisi, et après, tu as le choix de faire ou de ne pas faire, d’assumer ou pas.

Ton album est sorti en juin 2010. Tu peux nous en parler ?
J’ai d’abord fait une petite présentation rapide sur Paris, dans un bar, avec Webadub radio et I Love Sound, et puis G’nius (qui vient de Guadeloupe). Ensuite, je suis retournée en Guyane pour le présenter chez moi, parce que c’est un album – mon premier album officiel - que je dédie à mon pays. La Guyane, est le thème privilégié. Il y a beaucoup de gens, là-bas, qui se sentiront concernés, parce que je parle de leur réalité.

Tu dis souvent, à la fin de tes chansons, « Va leur dire ! ». Dire quoi exactement ?
Je n’ai pas de message particulier : il y a tellement de choses à dire ! Je voudrais simplement qu’il y ait plus d’amour, qu’on essaye simplement de se comprendre, d’avancer ensemble. Je ne dis pas que tu peux aimer tout le monde mais si tu n’aimes pas, tu n’es pas obligé d’être méchant. Tu peux ignorer et faire tes affaires. Je voudrais qu’on soit moins méchants les uns envers les autres, qu’on s’aide, qu’on s’unisse, même si ce n’est pas facile …

Quel est le premier kiff musical dont tu puisses te souvenir ; le choc musical de ton enfance ?
Mickael Jackson. Le clip de « Thriller ». Un vrai choc ! Pendant des années, j’ai été super fan !

Tu as un rêve particulier ?
Moi, tout ce que je voudrais, c’est pouvoir vivre de ma musique. Rien de particulier ! Manger, m’habiller, avoir une voiture, un toit… Être tranquille quoi !

Tu venais à Lyon pour la première fois hier, à l’occasion de cette soirée au Phoebus avec Selecta Kty. Quelles sont tes impressions sur cette soirée ?
Bien ! J’ai bien aimé. Il y a eu beaucoup de monde qui est venu, qui est passé, parti, revenu… C’était bien. Quand j’ai chanté, le public était franchement réceptif.

Je peux témoigner que tu étais particulièrement fatiguée, « dead » comme tu le disais avant d’aller chanter. Et j’ai été étonnée par ton dynamisme sur scène ! Chapeau ! Qu’est-ce que ça doit être quand tu es en forme ?! Tu reviendras à Lyon ?
Bien sûr ! Si on m’invite, je reviendrai avec plaisir !

Visitez le myspace : http://www.myspace.com/sistasony

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.