Sistoeurs

Accueil du site > Anor mâle > Logement : l’ONU considère les expulsions locatives comme des (...)

Logement : l’ONU considère les expulsions locatives comme des violations des droits de l’Homme.

Un communiqué de René Balme, Maire de Grigny

mardi 1er juillet 2008, par Le Collectif Sistoeurs

Au moment où se juge, au Tribunal Administratif de Lyon, à la requête du Préfet du Rhône, mon 4è arrêté municipal interdisant les expulsions locatives pour impayés de loyer, l’engagement de la Ville de Bobigny sur les expulsions vient d’être reconnu par l’Organisation des Nations Unies (ONU). En effet, Catherien Peyge, son maire, a été nommée à l’ONU habitat comme expert sur la question des expulsions locatives. C’est la reconnaissance de la justesse de ce combat qui a tout à voir avec la dignité humaine.

Les mouvements sensibles à cette question relèvent chaque année une augmentation de cette pratique. Au fur et à mesure que les progrès scientifiques et financiers avancent, il semble que les aspects sociaux reculent pour la plupart d’entre nous. Le domaine des idées aussi, je constate que les mobilisations pour interdire les expulsions locatives pour impayés de loyer sont demeurées à un stade trop timide pour rendre évidente l’ignominie de cette pratique. D’autant qu’elle m’apparaît indigne au point que je pense résolument nécessaire de procéder à des actions les plus spectaculaires possibles pour que la honte change de camp. Les locataires en difficulté doivent, en effet, se persuader qu’ils sont des victimes que la société doit soutenir. La honte et l’infraction à la loi devant être reportées sur les bailleurs, sur la Justice, sur les forces de l’ordre et sur l’Etat qui n’hésitent pas à user de méthodes qui, pour des raisons d’argent, signifient, parfois, le retrait des enfants à leurs parents, la réquisition et verrouillage du logement, l’immobilisation d’une partie importante des biens mobiliers ; tout cela sans que l’Etat ne se préoccupe d’un quelconque relogement. Les victimes d’expulsion trouvent parfois, par leur propre moyen, un foyer d’accueil, un voisin, un parent qui les logent ; et parfois rien, quand tout s’est passé dans l’indifférence ou dans l’ignorance.

Je salue donc particulièrement le programme ONU Habitat sur les évictions/expulsions qui combat les expulsions forcées partout dans le monde. Je salue le maire de Bobigny qui porte désormais la lutte que nous menons dans l’Hexagone au niveau des Nations Unies, avec l’espoir que les pouvoirs publics français nous accordent la même reconnaissance. Il est temps que toute la loi française interdise cette pratique.

René BALME
Maire de Grigny (Rhône)
Le 01 juillet 2008.
Visitez son site

Photo de Stëve

Répondre à cet article

1 Message

  • Ne plus se sentir honteux... Droit à la dignité. Des combats difficiles mais on se doit de continuer à se battre. Et heureusement les choses dans certains domaines se sont améliorées (un peu). Je pense notamment aux factures d’électricité impayées en hivers. Quand j’étais gamine on a passé des hivers à la bougie à se geler les miches parce qu’à l’époque, froid ou pas, ils coupaient le jus si tu payais pas... Je me souviens m’être fait expulser de la cantine au collège, pas le droit de bouffer parce que le trimestre précédent était pas payé... Et il y en a qui osent dire qu’on vit dans un pays d’assistés ?! Faut vraiment en avoir jamais bavé pour penser un truc pareil ! (ayé je suis en colère ;-) Chouette article en tout cas ! Et à bas les expulsions locatives !

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.