Sistoeurs

Accueil du site > Music > Un Sound à la Volga cet après-midi là...

Un Sound à la Volga cet après-midi là...

lundi 4 février 2008, par Christelle Fulpin

Avec beaucoup de regrets, j’apprends que le concert de Luciano et Mikey Général, prévu le 26 janvier à Morne-Rouge, commune du nord de la Martinique est ANNULE. La raison : la salle n’est pas conforme aux normes de sécurité...

Pourtant tout était prévu : pub sur Radio Liberté, (radio reggae ragga locale) pendant les 15 jours précèdents l’évenement, et billets en pré-vente. Je m ’en étais déjà procurés deux bien sûr.
Dégoutée, je suis...

Vue la pression électorale actuelle, avec les élections municipales, on se demande si ceci expliquerait cela... Le maire ayant peur peut-être des débordements possibles lors de ce genre de manifestation.

Heureusement le lendemain, par un beau dimanche ensoleillé, un sound system est prévu dans le quartier de la Volga, à Fort de France.

Il est 15 heures quand on se rend là-bas.

La Volga, quartier classé ZUS : Zone Urbaine Sensible, 45 % de chômage et autant de famille monoparentale, est donc un quartier dit « à problèmes ».
A l’est de la capitale martiniquaise, la jeunesse antillaise de la Volga nous a montré la richesse de ses artistes, avec un discours engagé et militant, respectueux des droits de la femme et fier de sa créolité.

Le public était au rendez-vous : jeunes femmes et hommes, bébés et petits enfants. Même les plus âgés sont venus pour l’occasion.

L’homme Paille, qui cartonne en ce moment à Madinina. Sa chanson qui inonde les ondes actuellement me donne des frissons à chaque écoute, si ce n’est pas les larmes sur les joues. Reflet d’une réalité mondiale, de la violence faîte aux femmes ; ses paroles résonnent dans mon coeur. La chanson parle d’une jeune femme qui s’installe avec son homme au bout de quelques mois de relation, et depuis on l’entend pleurer, car son mec la bat..

Miroir d’une réalité antillaise où il vrai que certains hommes ont la main leste ; les rapports homme-femme ici sont assez complexes. Les mentalités évoluent heureusement avec les nouvelles générations. Son album : Mot pour maux, vous le trouverez dans les bacs chez Don’s Music.

Il y avait aussi sur la scène de la Volga cet après midi là : Valley. Il fait notamment des featurings avec Paille et lui aussi a, à son actif, un album nommé : Mèt a pawol.

Une touche féminine enfin avec Stella, magnifique jeune femme, habillée dans une superbe robe en madras, je l’avais remarquée avant qu’’elle ne monte sur scène. C’est une chanteuse de Bèlé, elle a une voix superbe.

Le bèlé, est un genre musical dans lequel le chanteur mène la musique avec une voix qui porte, se développe un dialogue entre les danseurs et le joueur de tambour ( tanbouyè).

Sans oublier la participation du public qui repond à la chanteuse et au tambour : belle parenthèse, de musique antillaise traditionnelle, en duo avec des chanteurs de dancehall.

Il y eut aussi d’autres artistes, prévus ou non. Chacun voulait monter sur scène, et s’exprimer.

Le sound s’est terminé à la tombée de la nuit, 18 heures. On est rentré ce soir là avec du bon son plein la tête, et un message à faire passer : c’est pas parce qu’on est nés dans un quartier dit sensible, qu’ on en devient insensible, c’est pas parce qu’on vit à la Volga, qu’on va tous devenir des cailleras.

C’est à nous la jeunesse de nous lever, de construire ensemble un monde meilleur, riche de toutes nos différences.

A bon entendeur...

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.