Sistoeurs

Accueil du site > Music > 2007 : On fait l’bilan ?

2007 : On fait l’bilan ?

lundi 31 décembre 2007, par Laetitia Tendart

2007 va tirer sa révérence et cèdera la place à 2008. De quoi sera faite cette nouvelle année ? Seul l’avenir nous le dira... Mais avant le décompte, Sistoeurs dresse pour vous un bilan d’une année pleine d’évènements... De la libération de Jah Cure, au Festival hip-hop en passant par le dernier album d’Alicia Keys, retour en musique sur une période riche en surprises...

Ici ...

L’année 2007 commence avec la tournée Française de Tanya Stephens. Le 7 Février dernier, à l’Elysée Montmartre, des fans se pressent pour voir celle qui a fait flipper le monde du reggae avec « Gangsta blues ». La première partie du concert voit défiler NZH, et Flya qui met une bonne ambiance. Quand Tanya entre sur scène, le public applaudit. Tanya passe du répertoire de rebelution à celui de Gangsta blues, avec l’excellent « can’t breath ». L’ambiance ralentie, Tanya s’adresse, entre deux chansons, à ses fans Parisiens qui n’y comprennent rien, mais quand arrive le célèbre « it’s a pity » en duo avec Mr Toma, le public s’exprime. Elle présente aussi une mystérieuse jeune fille- une française- qui fait décoller la salle comble.

Trois jours plus tard, le 10 Février 2007, Jah Mason donne un concert au Trabendo. Après son apparition au Ja’sound Festival, l’été 2006, où il avait fait décoller une bonne partie des Sistoeurs, il était évident que nous allions le suivre à Paris. Après une première partie de qualité avec Omar Perry, à la vue de son turban, le public acclame. On se souvient de la secousse du public quand surgissent les premières notes de « My princess gone », le public entonne en chœur « My princess gaaaaaaawwn, Far far awayyyyyyy, and she left me a nooote, and saying she’s going to staaayyyy », il sourit, s’empare du micro et c’est l’apothéose au Trabendo.

A Lyon les 29 Mars et 8 Avril, L’Original Festival pour sa quatrième édition. Le Transbo a connu un Big bang avec la venue des Public Enemy l’article, Method man l’article, Oxmo l’article , Casey l’article . En première partie, une scène 100% Rhodanienne avec les époustouflants Dialect, Expérimental, Sofa so Good... Le must !

Le collectif de L’Original sortira de son répertoire quelques semaines plus tard, les géants Redman et Nas l’article

Toujours à l’affut, le collectif Sistœurs s’embarque pour cinq heures de route afin d’assister au Garance Festival au Zénith de Paris. Pile à l’heure, pour une soirée qui regonfle le moral. Se produisent en simultané Bitty McLean, un jeune crooner Anglo-jamaïcain à qui l’on souhaite un bel avenir et Horace Andy, dont on peut admirer le célèbre déhanché. L’ambiance est parfaite, les Sistoeurs sourient, le public danse un « Radio Girl » en live. Trop, c’est trop ! On est pris aux tripes quand Morgan Héritage fait son apparition, dès lors, le Zénith vacille...

Rebelote, le 12 Juillet au Rail Théâtre de Lyon, Skelly et Wiss, le duo Israël Vibration clôture cette saison en Respect l’article

Les 10 et 11 Novembre 2007 à Grigny dans le Rhône, les Sistoeurs font leur première sortie officielle avec une alliée de taille : leur Culotte l’article

Et ailleurs...

Madinina Dreams...

C’est à huit mille kilomètres de Paris, en Mai 2007, sur la plage de Beauséjour, en Martinique, que les Sistoeurs vont découvrir un magnifique Sound System. Tous les week-ends de midi à minuit, face à la mer, des DJ animent des Sound System pour un public hétéroclite. Mais c’est à la ferme du Lamentin que nos soirées vont être blanchies par des sons, remix, riddim, reggae, ragga, Soca, hip-hop époustouflants. On en oublie sa sciatique !

Non loin de là, à Kingston...

Des rumeurs sur la libération de Jah Cure circulaient depuis un bon moment sur le net. C’est donc le 28 Juillet 2007 qu’il a été libéré sur parole après huit ans de détention au lieu des quinze annoncés. Flash back... Siccaturie Alcock A.K.A Jah Cure déboule en fanfare la première fois au côté de Sizzla dans "Divide and Rule" (Kings in the Jungle) en 1997 et est propulsé au rang des grands noms actuels du reggae. L’engouement du public pour ce jeune prodige est immédiat. Quelques mois plus tard, Le Choc, il est incarcéré pour un viol qu’il nie. La légende Jah Cure naît. La Jamaïque crie au complot. « Free Jah Cure », une campagne de soutien accompagnée des stars du reggae s’organise. Il bâtit sa carrière derrière les barreaux d’où il apparait sur le season riddim et sort des albums. Il devient en un temps trois mouvements, le détenu le plus célèbre de la Jamaïque.

Le monde du reggae attendait l’évènement et deux semaines après, le 12 Août 2008, il clôturait le Reggae Sundance, festival Néerlandais sous les encouragements et le soutien du public.

Dans les Townships, en Afrique du Sud...

Le 18 Octobre 2007, le monde du Reggae apprend avec effroi l’assassinat de Lucky Dube.

Planète Hip-hop...

Dans le milieu hip-hop, les fans font tourner en boucle les galettes des meilleurs chanteurs solo. Les appelés sont nombreux, mais en final, peu sont élus « produit de l’année ».

Common. Finding Forever.

Number one...

Il est des rappeurs qui ne font pas couler beaucoup d’encre mais qui détiennent un incroyable talent. Common. Par quoi commencer ? « Electric Circus », un chef d’œuvre encensé par la presse hip-hop, adulé par les adeptes du changement. Il revient néanmoins au hip-hop pur et dégaine « Be », un album magnifique produit par Kanye West. C’est donc en toute confiance qu’ils collaborent encore sur « Finding Forever ». Douze titres et des mélodies qui accrochent avec « I want you », un flow parfait qui fait sa renommée dans « The people », Un nouveau style dans « Drivin me wild » en duo avec Lily Allen. Les best tracks, non des moindres reviennent à « So far to go » en featuring avec l’irremplaçable D’Angelo, « Misunderstood » et l’excellent « Forever begins » soutenu par des chœurs qui vous donnent la chair de poule ! Il a tout pour lui, intelligent, créatif, une belle gueule. D’ailleurs, vous vous surprenez à penser qu’il ferait un parfait gendre pour vos parents et un parfait homme pour vous !

(Sortie 5 Août 2007)

Pharohae Monch. Desire

Haute Qualité...

Tout l’album se tient sur cette intro qui vous plonge dans l’Amérique noire avec son « Oh, oh Freedom ». Déboule «  Free » qui suit « Desire », un son qui fait la merveille des amoureux du rap et de la soul. « Push » est d’une qualité extraordinaire, on se croirait dans un des films de la blaxploitation. Momifié sur la pochette de son album, Pharohae Monch sort d’un long sommeil et revient avec des sons ultra puissants. A chaque son, vous êtes comme catapulté dans un nouveau film, vers de nouvelles aventures comme dans « When the guns draws ». On danse avec « body baby » et on se laisse aller avec la maxi « Hold on » en duo avec Erykah badu. Un album de qualité. Mention EXELLENTE. So good.

(Sortie Août 2007)

Strong Arm Steady. Deep Hearted

Découverte...

« One Step », c’est cette voix à la Busta Rhymes qui m’a interpellée. Un featuring avec Talib Kweli qui m’a fait bloquer sur ces MC californiens. Quinze titres de bon rap, de très bon rap qui déchire : le titre « U aint me » en featuring avec Chamillionaire et Xzibit, mais il y aussi « Clean up » et « Come and get me », “My Homies » et « streetlights ». Le trio dégage une bonne vibe dans « On the grind ». L’ambiance et la voix grave de kondron dans « Wreckless words » fait frissonner. Cette compilation sans Xzibit ne semble pas faire l’unanimité, mais elle annonce néanmoins la venue de « Arms and Hammers » attendu en février 2008. Moi, j’ai kiffé sur l’album et j’attends le prochain avec impatience. A découvrir. (Sortie Août 2007)

Talib Kweli. Ear drum

Il était un Talent...

Ca commence par “I don’t, remember the first time I heard Kwe-li, I don’t remember what I was doing...”.On finit par se poser la question et on se souvient de Black Star en duo avec Mos Def et du génialissime Quality. Dans Ear Drum, on redécouvre l’art du pur son East Coast. Du Lourd ! Un album de qualité pour des thèmes de qualité et d’actualité, comme dans « Eat to Live ». Des sons énormes et des productions géantes avec les excellentes « Hostile Gospel » reprise quelques pistes plus loin avec Sir Sizzla Kalonji, « More and Less » et les géantissimes « Space fruit », un interlude Hip-hop bossa nova qui enchaîne sur « Perfect Beat » en Featuring avec KRS one. Il y a aussi, l’inattendue « Soon The new days » dans laquelle sa voix nonchalamment reggae s’allie parfaitement avec celle de Norah Jones. La meilleure, la Bombe, « Listen » qui d’entrée vous transcende dans une superbe ambiance Hip-hop. Pour clôturer en beauté « The Nature », un duo magnifique avec Justin Timberlake. Un album de vingt tracks, toutes aussi envoûtantes les unes des autres. Rien à jeter. Mention Excellente.

(Sortie 21 Août 2007)

Wyclef Jean. Carnival VOL.II

Le Roi du touche à tout...

Qui peut prendre le risque de faire un duo avec Sizzla accompagné d’une guitare électrique ? Wyclef. Pour cet hiver, il nous a concocté un Opus haut en couleurs de dix sept titres exotiques. Des featuring hétéroclites et pour le moins surprenants allant de Akon à Paul Simon en passant par T.I. Dans, « Any other day » avec Norah Jones, on se voit en cabriolet, cheveux au vent sur la route du Grand Canyon. La surprise vient de « Hollywood meets Bollywood » en featuring avec Chamillionaire. Un voyage musical qui vous entraine à la fois en Inde, aux Etats-Unis et à Haïti. “ If it was my last day on earth, I’d treat it like my first” sont les premières paroles de « Heaven’s in New York », sa seule track solo, et sur laquelle il chante ses prières, ses espoirs, ses envies d’un monde meilleur. Trois Bonus où il rend hommage à sa terre natale, Haïti, et sur la dernière Track «  Paris on Fire » son duo avec Passi commence par un « We want Peace. ». Wyclef signe son engagement et son ouverture culturelle et politique dans ce carnet de voyages. Dépaysement assuré !

(Sortie 5 Décembre 2007)

Le grand retour de la nu- Soul...

Dans le monde de la Nu- Soul, c’est l’effervescence. Les divas les plus appréciées annoncent leur retour dans les bacs. Sans aucun doute, les fans attendent celles qui sont désormais un vrai label de qualité...

Jill Scott. The real thing

Un vrai melting- pot musical...

Après Collaborations, un spécial featuring sorti quelque mois plus tôt, la poétesse de la Nu-Soul nous assène un coup avec son nouvel opus. Que du bon ! Des sons électro- Jazzy savamment mêlés à sa voix douce. Un son Rock soul pour« The real thing » qui décape, le style de Jill s’affirme. Une voix grave, enfantine, et une guitare électrique qui relève la sauce. « Hate on me » confirme son talent, sa voix transmet des émotions fortes. « My Love » encore une chanson qui transporte. Un son pur et de bonnes productions qui font de Miss Scott, une diva incontestable de la Soul. La best track revient à « Breath » au sein duquel elle se surpasse et vous coupe le souffle. Jill scott n’a rien à envier à ses comparses, elle est tout simplement divine.

(Sortie 25 Septembre 2007)

Angie Stone. The art of love and war

For me, Formidable…

Ouahou ! Voilà ce qui arrive quand on écoute « These are the reasons », la huitième chanson de l’album où la voix mielleuse d’Angela est accompagnée de chœurs irréprochables qui vous font tressaillir. Trois ans après Stone Love, l’une des divas de la new soul signe son grand retour avec des mélodies langoureuses teintées de magie. Dans « Here we go again », l’arrière son de harpe rend l’instant magique. « My people », un son Groovy pour son peuple en duo avec James Ingram qui vous ramène dans l’ambiance des années 80. Un son Funky dans « Play with it ». Vous bougerez la tête sans vous rendre compte au son de « Sometimes, i want to love you, sometimes, i want to hate you ».Oui, la force d’Angie repose dans la pureté de sa voix. La diva contentera dans cet album les nostalgiques de Marvin Gaye.

(Sortie 15 Octobre 2007)

Alicia Keys. As I am

Alicia aux doigts d’argent...

Telle qu’elle est ! Voilà comment Alicia revient quatre ans après le splendide « Diary ». Un album qui sonne comme une nouvelle confidence. Tout son génie commence dans l’intro qui est un savant assortiment de piano et de beat hip-hop. Chaque note, vous entraine dans son univers qui annonce le mélange des genres. Des sons qui alternent entre Rock, hip-hop, blues, Soul et R’nB. Quatorze titres empreints de Colère (dans « Go Ahead ») et de nostalgie (dans « Teenage Love affair »). Un voyage dans le Rhythm and Blues des années 70 avec “Wreckless” et “Where do we go from here”. Alicia a grandi, s’est brûlée, elle le chante d’une voix déchirante dans « Lesson learned ». La palme revient à « Tell you Something (Nana’s reprise) », dans laquelle son ton soyeux est mêlé de doutes et d’impatience. Après trois albums, Mademoiselle Keys confirme son talent et redore le blason du R’nB.

Tournée Française prévue, dont une date à Lyon, le 3 Mars 2008 à la Halle Tony Garnier.
(Sortie le 12 Novembre 2007).

Cependant, le grand retour de la Nu Soul, serait incomplet sans Erykah Badu qui nous livre un avant goût de son single « Honey » extrait de son nouvel album « Nu AmErykah ». En écoute actuellement sur son myspace

(Sortie prévue en Février 2008).

Reggae Vibes

Au pays de Bob, les riddims et les Medley s’enchainent. Le style vocoder donne naissance à de nouveaux lovers. Du fin fond des ghettos et des collines, des chants se concoctent, des sons Vert, Jaune et Rouge qui vont en faire tanguer plus d’un.

Sizzla. I- Space …

So Spécial...

Spécial cet album de sir Sizzla. Bluffant, calme et posé. Un vrai bijou. l’article

(Sortie 25 Juin 2007)

Jah Cure. True Reflexion…

Après la pluie, le beau temps...

« Behind these prison walls, Doing my paces, doing my time », telles sont les premières paroles de “True Reflexion”. Un titre qui laisse croire qu’il fait son mea Culpa ? A New Beginning ? Bon présage pour un nouvel avenir ? Un album de quinze titres déjà connus du grand public puisqu’ils sont une compilation des albums précédents. On retrouve les célèbres « What will it take ? », « Longing For » dans lesquels sa voix de velour vous prend jusqu’à l’épine dorsale. Des featuring avec Fantan Mojah (« Dem nuh buil great man ») ou encore Gentleman l’article dans « Share the Love » et une inédite « To your arms of love ». Jah Cure a du talent, reste à le prouver avec un prochain album très attendu.

Une tournée Française est prévue au mois de Juin dont une date à Lyon. Rendez-vous le 16 Juin 2008 au Transbo.
(Sortie en France, 17 Septembre 2007)

Chezidek. Inna di Road.

Made in Zion

Il est des voix qui vous donnent l’impression d’être léger. Ça commence par « inna di Road » avec une voix nette, pure et chevrotante. « Dem a fight we » démarre sur un air de « truth and rights” et l’artiste y apporte sa touche. Quatorze titres empreints de douceur, des tracks qui ne laissent pas indifférents comme « How you so wicked ». Des rythmes dansants et entraînants sur cet album confectionné avec foi. Des sons Nu-roots qui vous procurent un plaisir simple. L’album de Chezidek est un petit trésor. A découvrir en Urgence.

Voyage au cœur de la Vibe Européenne ...

La musique en Europe n’a pas chômé non plus. 2007 aura vu émerger des talents venus de France, de l’Allemagne et de Londres. Si la soul, le rap et le hip-hop sont peu représentés ou mal interprétés, il existe néanmoins des artistes grandioses qui sont à découvrir...

Amy Winehouse. Back to black…

Amy est l’une des Européennes qui aura fait parler d’elle autant pour ses qualités d’interprète que pour sa défonce. Mais Amy, est avant tout une chanteuse à voix qui pousse des coups de gueule et qui choque : dans « Rehab », elle dit non à la désintox. Tout au long de l’album vous êtes comme transporté dans une ambiance de cabarets, de blues, de tristesse. Dans « Me and Mr Jones », sa voix excelle. Un son Jazzy teinté d’un rythme reggae pour « Just friends ». Un opus d’une grandeur exceptionnelle qui ne laisse pas insensible. Un chef d’œuvre à ranger dans ses classiques. Mention EXCELLENTE.

Joss Stone. Introducing…

Le retour en Force...

Joss Stone. Son premier album avait sonné comme une révélation. 2007 estl’année de cette jeune anglaise de vingt ans qui a su s’entourer des bons du hip-hop comme Common dans « Tell me’bout it ». Dans « Music » en duo avec Lauryn Hill, Miss Stone atteint son objectif et rejoint en même temps le cercle fermé des divas. Un album très hip-hop, motown, reggae.

Joy Denalane. Born and raised…

Après Nneka, c’est au tour de Joy Denalane d’apporter son charme à la Soul Allemande. Un album porté par une voix puissante et chaleureuse. Un mélange de Soul, hip-hop et R’nB.

Pour finir en Beauté et en France, nous applaudissons le groupe Hocus Pocus qui reste la révélation de l’année.

Répondre à cet article

1 Message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.