Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > DJ SLY

DJ SLY

vendredi 13 février 2004, par Séverine Capeille

Entretien avec l’organisateur des soirées Urban Steady Groove.

1/ Peux-tu te présenter ?

J’ai fait ma première vraie expérience de Dj dans une radio locale (la radio locale de Laon dans le 02). J’avais dix-neuf ans et en parallèle, je mixais pour plusieurs discothèques. Si je dois me définir, je peux dire qu’il y a deux passions qui m’animent : la musique et la danse. En tant que DJ, ce qui m’importe c’est de partager les émotions musicales avec les gens, sans imposer quoi que ce soit. Je ne fais que proposer, et j’essaye d’éveiller la curiosité chez les autres. Que quelqu’un s’aperçoive qu’il vient de danser sur du West Coast alors qu’il ne pensait pas aimer ce genre musical, c’est génial. Quand je choisis mes disques, je ne me contente pas du nom de l’artiste : j’écoute. Et si j’estime que ça peut plaire aux personnes qui viennent à mes soirées, je prends. Je ne veux pas trahir leur confiance, que ce soit musicalement ou à travers les expositions, les démonstrations de danse… Je travaille avec des gens de confiance. Pour moi, l’important c’est qu’il n’y ait pas de pression, ni pour les DJ’s ni pour les personnes qui sont venues se divertir. Quand je pense à Abyss ou Static, à Fly et son crew, à Suko et MK, je peux dire qu’ils ont su faire attention au public. De même pour les danseurs : D.K dansent et Katbuz.

2/ Quelles sont tes principales influences musicales ?

Musique Black en général. Soul, Rythm’n blues, funk, hip-hop… le groove. J’ai découvert Dr Dre en 1994 et depuis, c’est un nom qui ne m’a pas quitté, une référence. Mais j’ai aussi tous les standards de funk, tous les Mickaël Jackson… Je ne m’arrête pas à un genre de musique et je ne renie rien de ce que j’ai pu écouter.

3/ Des personnes avec qui tu aimerais travailler ?

DJ Slider (tant pour la personne que pour le DJ) ; DJ Die Dy Dee et DJ Fly.

4/ Pourquoi la plupart de tes concerts se déroulent-ils au Ninkasi ?

C’est un endroit qui me convient parfaitement pour organiser des soirées. La capacité d’accueil est intéressante et la disposition de la scène, en hauteur, permet de rester concentré sur le mixe. C’est surtout la proximité avec les gens qui fait que le NINKASI est l’endroit où j’aime mixer.

Photos : aurblanc (Aurélien Blanc)

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.