Sistoeurs

Accueil du site > Portraits > Marshall’ombre

Marshall’ombre

Vainqueur du clash MC de l’Original Festival

lundi 24 avril 2006, par Séverine Capeille

Marshall, 27 ans, vainqueur du Clash MC (Voir l’article). Il vient de battre Eraklès en trois sets. Rencontre dans les coulisses du Ninkasi.

1/ D’où viens tu ?

De Valence dans la Drôme.

2/ Tu fais des clashs depuis combien de temps ?

Depuis trois ans je participe à des battles dans la région et un peu partout en France. Je fais partie du groupe la Doxa. Allez voir le site : www.doxattitude.com (déjà huit ans d’existence).
J’ai remporté la plupart des battles auxquels j’ai participé, mis à part celui de 2005, lors du total session 7 « fight club » où j’ai perdu en finale.
Ca reste avant tout un challenge pour moi, j’aime encore cela pour l’instant.

3/ Quand tu clashes, tu improvises absolument tout, ou tu prépares toujours quelques rimes passe-partout, au cas où ?

Le clash est une discipline tout comme le freestyle et je pense tout d’abord qu’un MC qui ne maîtrise pas un minimum le freestyle ne peut pas se démarquer en clash. Pour ma part c’est donc que de l’impro et je ne cautionne que cela. On monte sur scène, on voit son adversaire et on l’analyse de la tête aux pieds tout en espérant que celui-ci vous inspire ou vous donne une image qui percutera l’esprit du public et le fera ainsi réagir. Des rimes passe- partout, je dirais plutôt qu’après de nombreuses périodes à s’entraîner au freestyle, oui on a des rimes qui reviennent inconsciemment en tête et c’est normal, mais ça reste de l’impro, une ballade dangereuse sur une lame de rasoir…

4/ Tu penses qu’il faut avoir un mauvais caractère pour percer dans ce milieu ?

C’est trop vague pour te répondre… je dirais qu’il faut persévérer et savoir dans quelle direction on veut aller. Je dirais que chacun a sa façon de « percer »… au fond c’est quoi ? Passer sur les grandes ondes FM et signer en major ? dans ce cas, faut adopter une stratégie et arriver carré tant au niveau de l’image qu’on veut véhiculer qu’au niveau du message qu’on amène…après, si demain je reste moi-même avec une distribution carrée et une bonne communication, je perce un peu plus et c’est pas plus mal. Alors non, ce n’est pas une question de caractère à mon avis.

5/ Tu préfères être comparé à Eminem ou à Mathieu Kassovitz (LN te trouve une ressemblance physique avec lui) ?

A la base j’aime pas trop les comparaisons, mais à choisir je préfère que l’on me compare à Kassovitz pour l’air de ressemblance (peut-être) qu’à Eminem pour le clash ou autre car j’essaie et j’espère amener quelque chose de différent dans ce que je fais.
Mais merci LN, y avait mieux comme comparaison quand même eheh…

6/ Qu’est-ce que le Hip Hop pour toi ?

Un mode de vie, une culture, c’est une façon de penser, de danser, de marcher, de cracher, de parler, de draguer en clair mon cœur bat au rythme de la caisse claire ( en rimes svp ).
On vit, on est Hip Hop, et quand je dis « hip hop » c’est la culture, c’est toutes les disciplines, du graff à la danse…Un exemple con, revenons-en au clash, j’ai grâce à cela je pense une vivacité d’esprit, une repartie qui m’aident dans la vie de tous les jours. Le hip hop c’est se surpasser, se prendre en main, construire et avancer sans faire de démago.

7/ Ta Discographie ?

- 1999 : 1er album solo « Le fossoyeur »

- 2001 : 1er maxi « Doxa » : « j’rap j’m’en fout »

- 2002 : 2ème maxi « J’entends trop 2 merde »

- 2004 : 1er album : « Street poésie » : on a collaboré avec des coréens et « Insight » de Boston.

8/ Tu as des projets ?

Un prochain album Doxa, bientôt disponible, qui s’appellera « One man show ». Et puis un projet solo, dans un genre plutôt electro trip hop, intitulé « ballade v.1.0 » et un album solo.
Mais le projet le plus important reste celui de mon groupe LA DOXA, on est une bande de potes de longues dates et on est toujours plus fort dans l’unité, donc le travail est plus plaisant.

9/ Quand Marshall’ombre rencontre Lemak’adames, que se passe-t-il ?

Lemak c’est mon frère, mon pote de longue date, alors on se rencontre souvent, mais en général c’est beaucoup de fou rires, de délires, de discussions et de gros morceaux bien énormes et hip hop jusqu’aux couilles, sans être vulgaire. Notre amitié baigne dans le hip hop et chaque création artistique est un pur plaisir qui sue le naturel. On a connu les plans galères et les bons plans, on est comme cul et chemise. Et en ce moment, quand on se rencontre, c’est beaucoup de PES 5 pour les connaisseurs et une grosse préparation du nouvel album « One man show ».

10/ Et quand Marshall’ombre rencontre les mac-Madames, que se passe-t-il ?

Je commence à bégayer, mes mains tremblent et je sens des perles de sueur qui ruissellent le long de mon front, j’ai la bouche pâteuse et je n’arrive pas à tenir leur regard… eheh, eh bien, rencontrer les mac madames ou mac intosh pour moi c’est la même, bonjour mesdemoiselles, enchanté, on tape la causette et tout roule : ya aucun préjugés …hum… j’ai bon là ?!

11/ Le mot de la fin est pour toi. Tu peux nous le faire en rimes ?

Sistoeurs point net, guette leur coin mec,
Car sans une fille tu n’es rien d’mande a ton père qui le sait bien
C’est net
C’est précis
C’était Marshall’ombre de LA DOXA pour que t’apprécies
Et comprennes que le hip hop c’n’est pas qu’les clichés qui existent
Tu comprends ça si tu lis ici car tu n’es pas sexiste
Alors 2006 plus d’amour et de paix mais aussi de rage positive
Blanc noir, mec ou fille, tant qu’il ya de l’initiative

Marsh’

PHOTOS : Hélène Bourchenin

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.