Sistoeurs

Accueil du site > Prose Hack > Exuvie

Exuvie

dimanche 23 mars 2014, par Marianne Desroziers


Une femme rampe sur un chemin de terre.

Ses vêtements sont en partie déchirés et râpés. A moitié nue, le visage recouvert de terre, elle se tortille sur le sol, comme si elle voulait se débarrasser de quelque chose. Quelque chose qui la gêne, la retient, l’entrave, l’empêche. Sa peau. C’est de sa peau dont elle essaie de se débarrasser. Des lambeaux de sa vie d’avant se séparent d’elle. Petit à petit, mine de rien, elle a fait sa mue. C’est ici, sur ce chemin de terre, à deux pas d’une autoroute que le long processus amorcé il y a plusieurs années prend fin.

Comme un dédoublement, une renaissance, une petite mort. Morceaux de vie d’hier aujourd’hui conjugués à l’imparfait. Abandon des peaux mortes. Des déchets sur le sol, vieilles peaux vides de chairs. Vides de corps. Mais vides d’âme ? Peut­-être y laisse­-t­-elle une parcelle de son âme dans cette peau. Pas le choix de toute façon.

Faire peau neuve. Tabula rasa. Voir le soleil se lever sur une aube nouvelle. Virginité des sens. Quiétude retrouvée. Contre quelques centimètres carrés de peau.

Une peau nouvelle pour. Sentir le souffle du vent, la fraîcheur de la pluie, la chaude caresse du soleil. Une peau nouvelle pour. Jouir de la peau de l’être aimé contre la sienne. Une peau nouvelle pour. Éprouver le monde autour.

Il lui faut une peau nouvelle pour.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.