Sistoeurs

Accueil du site > Prose Hack > Errance

Errance

vendredi 17 mai 2013, par Dominique Dupuy


Ce soir, mon Amour, tout se voile.
A qui dois-je écrire ?
Est-ce à toi que j’ai aimé du plus profond de l’amour,
Est-ce à toi, belle histoire, chimère incandescente.

Ce soir, mon Amour, tout se perd dans mon errance.
Je reste seule dans les pièces de cet appartement blanc, moderne, à mourir.
Désarmée, vulnérable et fourvoyée.
Éternelle illusion piégée dans une obsession douloureuse.

Tu es libre, oublie tout !
La brûlure reste mienne.
Allons mon cœur, tout cela n’était pas grand-chose.
Mon cœur, il suffit !

Écoute,
Ce soir, la musique et les mots te libèrent enfin un espace,
Laisse les notes du musicien sonner.
La passion des arpèges envoler ta peine,
Retrouve un sourire heureux à l’appel délicat des triolets,
Rondes et blanches, majestueuses, te garderont un instant suspendue sur la ligne de l’équilibre absolu.
Abandonne-toi au velouté des doigts du pianiste sur le clavier,
Quand mots et mélodie s’unissent dans un désordre exalté.
Et les doigts s’agitent mus par quelques mécanismes secrets enfouis au plus profond de l’être.

Un soir, cesser de se perdre en broutilles d’énamourée en pâmoison,
Prise dans la toile du temps et de la distance.

Ce soir - trop court instant - je ne t’aime plus.
Enfin, j’écris.

Parfois,
La musique et les mots nous font l’honneur de notre âme
Minutes fragiles, douces, presque magiques.

Alors, j’existe ?

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.