Sistoeurs

Accueil du site > Anor mâle > L’opium du peuple

L’opium du peuple

dimanche 6 janvier 2013, par Dominique Dupuy


Comme à une drogue dure,
Le brave peuple se colle tous les soirs devant sa TV magique,
Écran plasma, super plat, super couleur rouge sang,
Avide de ne plus penser,
Il lui faut sa dose d’hémoglobine,
D’images complaisantes et violentes.
Crimes, viols et sexe à gogo
Tout cela craché avec l’absolution de saint-marketing.

Comme à une essence vénéneuse,
Le peuple français s’enivre du chant des sirènes de la normalité.

Subir les jérémiades ridicules d’acteurs-milliardaires,
Indécence, balourdise et grossièreté de privilégiés,
Shootés de suffisance. Honte à eux !

Il faut que les bagnoles roulent vite,
Culs de superbes pépés sur le capot, bouche vermillon en cœur,
L’ambition et la réussite comme valeurs sûres,
Valeurs poudre aux yeux, oui !

Des chômeurs toujours plus nombreux,
Hausse vertigineuse,
Intolérable violence,
La pauvreté frappe aux portes des fragiles.
Les riches se gavent toujours plus,
Le nez dans une poudre de fric.

Supporter les discours d’un président falot auto-estampillé leader de gauche,
Promesse d’une lutte sans merci contre les destructions d’emplois ?
L’illusion a la peau dure.

Et allez, une dose de grand-messe du 20 heures !
Dans une mise en scène bien orchestrée le voici, un air désolé scotché au visage,
Il serre mécaniquement des pognes d’ouvriers aux yeux découragés, au bout du rouleau mais toujours bien polis : « Il faut nous aider Monsieur le Président. C’est comme la fin du monde pour nous ».
Et lui « Je ferai tout ce que je pourrai, mais l’Etat ne peut pas tout »
Menteur, Menteur, Tricheur !
Écran de fumée, contrefaçon de gauche.

Pendant ce temps, shootés d’une drogue simili-littéraire, les ados se gavent de romans à quat’sous débiles qui leur répètent sous toutes les déclinaisons possibles des histoires de vampires et de demi- dieux païens, histoires soigneusement teintées de touches mythico-sentimentalo débiles,
Des soit disant légendes doublées d’une fausse religiosité les rendant incultes, cyniques, incapables de s’émerveiller sur les petites choses de la vie.
Endormir les consciences de balivernes sur une soi-disant fin du monde.

Mais je n’en connais qu’une !
Celle de l’accession à la connaissance de l’Amour absolu par l’homme.

Enfin ! Tout un amour absolu qui prendra les hommes comme ça !
Dieu quel bel avenir.

La vie elle-même en une chance perpétuelle,
A se renouveler sans ordonnance,
Sans remboursement sécu,
Résurrection de la chair.

Non de Dieu, de non de Dieu ?
Ce soir,
Je vous le dis,
L’opium du peuple, c’est l’absence de Dieu !

** illustration : Julien Tacasene

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.