Sistoeurs

Accueil du site > Livres > Femmes qui courent avec Les Loups

Femmes qui courent avec Les Loups

lundi 3 mars 2008, par Lilith

” Va dans les bois, va.
Si tu ne vas pas dans les bois, jamais rien n’arrivera, jamais ta vie ne commencera."

C’est un livre qui raconte des histoires de femmes, offertes comme autant de petits cailloux sur le chemin. Elles sont destinées à être lues et méditées. Elles vous accompagneront sur la pente d’une liberté naturellement gagnée, de l’amour de soi, des animaux, de la terre, des enfants, des soeurs, des bien-aimés, des hommes.

Tout le matériel que contient cet ouvrage a été choisi afin que vous vous enhardissiez. Il a pour propos d’affermir la marche des femmes qui sont en route, celles qui progressent lentement dans des paysages intérieurs difficiles comme celles qui doivent se battre pour progresser dans le monde ou le faire progresser.

La Femme Sauvage archétypale est la patronne de celles qui peignent, écrivent, sculptent, dansent, pensent, prient, cherchent, trouvent - car elles sont dans le domaine de l’invention et c’est là sa principale occupation.

Où la trouve-t-on ? Où peut on sentir sa présence ? Elle parcourt les déserts, les bois, les océans, les villes, les barrios, les châteaux. Elle vit chez la reine, dans l’usine, dans la prison, dans les solitudes, les guettos, les universités. Elle laisse son empreinte chez toute femme chez qui elle trouve un sol fertile.

Mais la Femme sauvage, comme l’animal sauvage est victime de la civilisation. La société, la culture la traquent, la capturent, la musellent, afin qu’elle entre dans les moules réducteurs des rôles qui lui dont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde.

A travers les fouilles psycho-archéologiques des ruines de l’inconscient féminin, que Clarissa Pinkola Estés effectue depuis plus de 20 ans, celle-ci nous montre la route en faisant appel aux mythes universels et aux contes de toutes les cultures, de la Vierge Marie à Vénus, de Barbe Bleue à la Petite Marchande d’Allumettes.

La femme qui récupère sa nature sauvage est comme les loups. Elle court, danse, hurle avec eux. Elle est débordante de vitalité, de créativité, bien dans son corps, vibrante d’âme, donneuse de vie.

Où que nous soyons, indéniablement, l’ombre qui trotte derrière nous marche à quatre pattes.

« Femmes qui courent avec Les Loups »
Clarissa Pinkola Estés
(Histoires et mythes de l’archétype de la femme sauvage)
Chez Grasset

Tableau Picasso “Deux femmes courant sur la plage” 1922

Répondre à cet article

1 Message

  • Femmes qui courent avec Les Loups

    26 septembre 2009 13:30, par kriss
    Excellent livre ! je suis en plein dedans, et chaque page est un guide, un chemin vers la LIBERTE !, c’est bon de trouver des réponses à nos questions, et de se sentir un peu moins seule ! A mettre entre toutes les pattes !!

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.